Les enquêteurs scrutent à nouveau l’emploi du temps de Stéphane Moitoiret et Noëlla Hego en 2005

0
1013

Le meurtrier du petit Valentin, à Lagnieu, au cours de l’été 2008, continue de mobiliser les enquêteurs. Un appel à témoins vient d’être lancé pour tenter de recueillir des indices au sujet de son emploi du temps à l’automne 2005. Le 11 octobre de cette année, Marine Boisseranc, une étudiante de 20 ans, avait été assassinée et deux témoignages laissent à penser que Stéphane Moitoiret et sa compagne, Noëlla Hego, qui parcouraient la région à cette époque, se trouvaient à proximité…

Nous évoquions cette nouvelle affaire dans nos colonnes il y a quelques mois. Une cellule d’enquête se penche de nouveau sur l’emploi du temps de Noëlla Hego et Stéphane Moitoiret, meurtrier du petit Valentin au cours de l’été 2008 à Lagnieu. Deux témoins sont formels : ils affirment les avoir aperçus trois ans auparavant à proximité d’une habitation qui fut le théâtre du crime de Marine Boisseranc, une étudiante de 20 ans assassinée de 12 coups de couteaux. Les témoignages émanant d’un ancien habitant de la commune et d’une retraitée de l’Éducation nationale ont été jugés suffisamment crédibles pour inciter les policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à reprendre l’enquête. C’est dans ce cadre qu’il y a quelques jours, ils ont adressé un courrier à plusieurs municipalités, y compris dans l’Ain, afin de lancer un appel à témoins. Ils estiment en effet qu’à cette époque, les deux marginaux qui vagabondaient déjà à travers le pays à bicyclette, auraient pu se faire héberger chez un habitant, dans une salle des fêtes, ou dans une salle paroissiale, comme cela avait été le cas à St-Sorlin-en-Bugey au cours du terrible été 2008. “Ce couple se déplaçait en vélo, ils arrivaient en général en fin de journée dans les villages. Stéphane Moitoiret prenait contact avec : soit un élu, soit un représentant de la Paroisse, soit chez l’habitant. Ils se présentaient comme des pèlerins et demandaient à être hébergés pour une ou plusieurs nuitées. Stéphane Moitoiret était plus communicatif que Noëlla Hego qui restait en retrait” précisent les enquêteurs de l’OCRVP qui invitent toute personne ayant souvenir du passage de routards à cette époque à prendre contact par voie électronique à l’adresse suivante : dcpj-ocrvp-appel-a-temoin@interieur.gouv.fr
Pour rappel, outre le terrible assassinat d’un garçonnet à Lagnieu l’été 2008, Stéphane Moitoiret avait également été confondu pour une tentative d’enlèvement d’un enfant aussi prénommé Valentin, survenue deux ans plus tôt, en 2006. Les faits avaient eu lieu lors d’un mariage. Stéphane Moitoiret et sa compagne avaient tenté d’emmener ce petit garçon, sauvé de justesse par l’intervention d’un témoin.
G.R. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here