Une rallonge financière pour permettre aux scolaires de continuer à apprendre à nager

0
468
Apprendre à nager aux écoliers est une obligation. Les collectivités doivent donc se débrouiller pour trouver les moyens de financer leurs séances

Dans un contexte d’explosion des charges, la gestion des piscines publiques devient de plus en plus un casse-tête. Pourtant, au-delà de l'équipement sportif et ludique, l'apprentissage de la natation chez les plus jeunes ne saurait être une option. L'intercommunalité de la Plaine de l'Ain a décidé de faire une rallonge aux communes de son territoire pour permettre aux scolaires de continuer à se rendre aux piscines d’Ambérieu et Saint-Vulbas.

Depuis plusieurs mois, pour faire face à la flambée de leurs coûts d'exploitation les gestionnaires de piscines traquent la moindre dépense superflue. Baisse des températures dans les bassins, réorganisation des plages d'ouverture, limitation des frais de personnel... Il en va tout simplement de leur survie. Au bord du gouffre, le centre nautique d'Ambérieu  a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme à plusieurs reprises pour en appeler à une aide extérieure. Il doit aujourd'hui en partie son salut aux 20 collectivités adhérentes au syndicat mixte qui en assurent sa gestion financière, qui ont accepté de mettre la main à la poche, alors que de son côté, l'État s'est engagé à prendre en charge une portion de la facture d'électricité. Malgré tout, la piscine est désormais fermée le dimanche et l'eau un peu moins chaude qu'auparavant. Situation compliquée...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here