“Sans les impôts et taxes, nos finances ne sont rien”

1
354
L’adjointe aux finances, Marie Hélène Trosselly, a expliqué que le budget avait été difficile à équilibrer cette année.

Comme ailleurs, dans un rude contexte économique global et face à un calcul désavantageux des subventions, le conseil municipal buissard a dû passer par le vote de taux d’imposition à la hausse.

"On a mis beaucoup de temps à faire ce budget”, a annoncé Marie-Hélène Trosselly, adjointe aux finances, en préambule de toute délibération du conseil municipal, au soir du mardi 4 avril. Mais avant d’en venir au vote du budget, les taux d’imposition étaient un cap à passer et “j’espère que vous les accepterez sinon nous plierons la séance”, a prévenu l’élue, à moitié en plaisantant, car la période n’est pas spécialement drôle. Dans le contexte économique général, quasiment pas une commune voisine n’a pu se permettre de ne pas augmenter ses taux d’impositions, même celles qui s’y refusaient depuis des années. Et comme le maire Gérard Raphanel l’a précisé : des taux d’imposition trop bas pénalisent doublement la commune car l’État donne proportionnellement moins de subventions aux mairies qui ne se servent pas du potentiel fiscal des habitants. Pour exemple : la Dotation Général de Fonctionnement à La Boisse a baissé de 200.000 euros en huit ans et se réduit désormais à la somme de 41.000 euros. Et les diagrammes projetés plus tard l’ont montré de...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

1 COMMENTAIRE

  1. Regrouper les communes ! Enlever les chargés de mission, mettre en régie, il y a trop de chef d’orchestre à payer en indemnités et un personnel omniprésent, malade, fatigué, aux horaires inadaptés à l’accueil du public. Il faut garder les enfants, de l’humour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here