Le sauvetage des amphibiens pourra-t-il se poursuivre ?

0
389
La pose des filets s’est déroulée fin janvier

En cinq ans, près de 45.000 batraciens ont pu être sauvés sur la commune grâce à l’action menée par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Mais aujourd’hui, le bénévolat s’essouffle et le devenir de cette opération annuelle est en question.

Samedi 28 janvier, Alexandre Roux, chargé de mission biodiversité à la LPO Auvergne Rhône Alpes, Alexandre Didier et une poignée de bénévoles saints-cruziens, ont de nouveau installé plus de 800 mètres de filets et des seaux sur la route à proximité de l’étang de Botte. C’est ici que des batraciens traversent durant la fin de l’hiver et le début du printemps pour aller se reproduire. L’objectif est d’éviter qu’ils ne meurent, écrasés sous les roues des voitures. Cette opération nécessite la mobilisation de nombreux bénévoles pour, chaque matin et quelquefois le soir en février et en mars. Il s’agit pour eux de faire la tournée des seaux afin de ramasser les amphibiens, les compter et les faire passer de l’autre côté de la route. De cela dépend la survie des animaux. “Depuis cinq ans, nous avons sauvé plus de 45.000 batraciens avec 44 bénévoles” explique Alexandre Roux. “Dans l’Ain, il existe quatre sites de sauvetage, mais celui de Sainte-Croix est le plus intéressant”. En effet de très nombreuses espèces...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here