L’Ain va-t-il aussi devenir un désert pharmaceutique ?

0
768
Il y a quatre ans, faute de repreneur, la pharmacie de Saint-Jean-le-Vieux baissait définitivement son rideau

Déjà qualifié de “désert médical”, le département de l’Ain est également sur la voie d’une désertification pharmaceutique. Il est l’un des moins bien lotis en matière de pharmacies à l’échelon national et aucun autre département de la région n’accuse une si faible densité d’officines. Un constat inquiétant pour le futur, alors que l’Ordre des pharmaciens vient d’alerter les pouvoirs publics sur l’avenir d’un métier qui ne cesse de perdre des effectifs et peine de plus en plus à séduire de nouveaux candidats.


Début décembre, l'Ordre des pharmaciens tirait la sonnette d'alarme au sujet des enjeux d’attractivité et de démographie de la profession. Les tensions de recrutement dans un contexte de très forte hausse des places non pourvues au sein des promotions d’étudiants pourraient conduire petit à petit à une désertification pharmaceutique de certains territoires. Déjà, depuis plusieurs années, le nombre d'officines décline irrémédiablement dans le pays. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène, en particulier des évolutions réglementaires qui ont poussé aux regroupements de professionnels. En effet, les marges sur les prix réglementés par les pouvoirs publics n'ont cessé de se réduire, et si les plus grosses structures se portent globalement bien, en revanche cela...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here