Aides à domicile : le département met la main à la poche et va financer la location de 1.300 véhicules

0
315

Le conseil départemental de l’Ain a décidé de faire un geste fort pour les intervenants au service des plus fragiles. Une façon de reconnaître leur action et de rendre de l’attractivité au métier.

Ils sont handicapés ou ont perdu leur autonomie avec l’âge. Ces Aindinois ne peuvent plus vivre sans une aide extérieure régulière, assurée par des intervenants des services d’aide et d’accompagnement à domicile.


Plus de 10.000 Aindinois ont besoin d’une aide à domicile


Considérés comme essentiels lors de la crise sanitaire, les associations peinent terriblement à les recruter, en raison de salaires faibles et de frais inhérents peu valorisés, surtout en terme de dépenses de carburant. Parfois, ils parcourent parfois 1.000 kilomètres par mois avec leur véhicule personnel pour une indemnité kilométrique fixée à 35 ct, gelée depuis une dizaine d’années. Dans le même temps, les besoins sont croissants. En 2021, dans l’Ain, 3.657 personnes bénéficiaient de la prestation de compensation du handicap – domicile et 6.642 personnes de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie à domicile (APA), soit 15 % de plus que six ans plus tôt. Dans ces conditions, les six associations* qui assurent le service dans le département n’arrivent plus à répondre à la demande.
Martine Tabouret, vice-présidente du département, estime qu’il était devenu “urgent d’agir”. Ainsi, lors de la session du 4 juillet, l’assemblée départementale a décidé de mettre la main à la poche pour aider les associations à pourvoir les postes vacants et “développer l’attractivité des métiers.” D’abord, depuis le 1er juillet et jusqu’à la fin de l’année 2022, les intervenants auprès des bénéficiaires de l’APA et de la Prestation de Compensation du Handicap verront leurs indemnités kilométriques réévaluées pour atteindre 60 ct par kilomètre. Ce qui représente une enveloppe de 500.000 euros pour le Département et en moyenne 76 euros supplémentaires mensuels par intervenant à domicile.
Ensuite, à partir de 2023, c’est la mise à disposition de véhicules de service qui sera privilégiée, là encore considérée comme “un atout supplémentaire et une solution concrète pour favoriser le recrutement et la fidélisation de ces personnels.” Une flotte estimée à 1.302 véhicules, français, dont 172 électriques. Ceux-ci seront destinés aux intervenants à domicile les plus pénalisés par le système de remboursement d’indemnités kilométriques, soit 1.300 professionnels sur les 1.800 au total. Pour en bénéficier, il sera notamment nécessaire de travailler au minimum 24 heures par semaine. L’objectif est ainsi d’inciter à augmenter le temps de travail et donc de répondre aux besoins d’accompagnement exponentiels. Coût de la mesure : 2,5 millions d’euros annuels.
Pour le président du conseil départemental, Jean Deguerry, cet engagement est un “choix politique fort qui – je n’en doute pas – sera vertueux et permettra de conforter l’aide et le soin que nous devons à nos aînés quand ils peuvent demeurer à domicile.”         

C.B.

*ADAPA (Association Départementale d’Aide aux personnes de l’Ain), Adom01 (Aide aux familles et aux personnes de l’Ain) ; ADMR (Aide à Domiciel en Milieu Rural), ADS (Ain Domicile Services), VSDS (Aide et soins à domicile) AMICIAL (aide et accompagnement à domicile).


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here