Saint-Antoine de Padoue va veiller les Ambarrois !

0
450
La Boîte de Padoue est une nouvelle communauté ambarroise qui permet un partage d’information sur les objets découverts, ou perdus (Photo capture d'écran)

Mairie, police municipale, gendarmerie, ou gare SNCF, voilà où finissent le plus souvent les objets égarés dans la ville d’Ambérieu-en-Bugey, lorsqu’ils ne sont pas volés ou jetés à la poubelle. Mais encore faut-il que le trousseau de clef ou la chemisette découverts sur la voie publique aient été spontanément rapportés… Et que quelqu’un pense à venir les réclamer. Pour aider à retrouver les propriétaires d’objets égarés, une Ambarroise tente de rassembler une communauté sur les réseaux sociaux, car un objet perdu se transforme très souvent en objet trouvé.

Voici une initiative qui pourrait bien rendre service à n’importe qui un jour. Stéphanie Reboux, installée depuis peu dans la commune, a créé sur les réseaux sociaux une page entièrement dédiée aux objets trouvés. Elle entend ainsi constituer petit à petit une communauté solidaire afin de venir en aide à tous ceux qui ont égaré quelque chose. Une initiative qui n’a rien de mercantile, mais qui se veut simplement collaborative et solidaire nous explique-t-elle. “L’objectif est simplement de rendre service. On connaît tous un jour la galère de perdre quelque chose dans la rue, dans un bus ou un train… Donc si cela peut contribuer à en aider certains”. L’idée lui est venue à la suite d’une récente expérience personnelle : “ma fille est étudiante sur Lyon, et il y a quelque temps, elle a perdu ses clefs. Évidemment c’était la panique, et surtout une vraie angoisse. Qui aller voir ? Comment faire pour espérer les retrouver ? C’est là que j’ai découvert qu’il existait de nombreux groupes d’entraide présents sur les réseaux sociaux à Lyon, et qu’en plus, ça avait l’air de marcher !”.
Le concept n’a effectivement rien de révolutionnaire et est tout simple, mais redoutablement efficace. Un groupe public dédié aux objets trouvés créé sur Facebook, que chacun alimente librement en postant une photo de ce qu’il a trouvé dans la rue. Clefs, téléphones portables, lunettes, peluches, mais aussi portefeuilles, sacs, bagages ou vêtements… Même dans une ville de la taille d’Ambérieu, les découvertes se font à foison. Et lorsqu’une main malhonnête ne s’empare pas du portefeuille ou sac à main trouvé ici ou là, ces objets finissent tantôt dans les bureaux de la Police municipale, à la Gendarmerie ou à la Mairie. Plusieurs milliers transitent ainsi, et beaucoup ne sont même jamais réclamés, ou pas au bon endroit… “Lorsqu’on perd quelque chose, il faut avoir la présence d’esprit d’aller frapper à toutes les portes, on ne pense pas forcément à tout mais il faut aussi avoir le temps de le faire, alors qu’on est souvent dans l’urgence. L’avantage du groupe sur Facebook, c’est la rapidité du réseau social. L’objet est découvert, et quelques minutes après, quelqu’un peut avoir posté sa découverte en ligne. C’est très réactif et le phénomène des partages peut permettre de toucher énormément de monde”. Mais l’efficacité de ce groupe tiendra avant tout à son ampleur. Lancé depuis quelques jours, il compte un peu plus d’une centaine de membres, et devrait rapidement s’étoffer de nouveaux contacts. Chacun y est évidemment le bienvenu et est invité à poster ses découvertes “excepté les animaux” précise néanmoins Stéphanie, qui, préfère laisser ce domaine aux nombreux groupes spécialisés qui existent déjà sur les réseaux sociaux. Baptisé “La Boîte de Padoue”, le groupe est une référence directe à la ville et aux origines italiennes de son instigatrice, mais pas uniquement : “En Italie, Saint-Antoine de Padoue est celui qu’on évoque souvent pour retrouver quelque chose de perdu. Il se dit qu’il aiderait à retrouver ce qui est égaré…” conclut-elle. G.R.


La Boîte de Padoue | Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here