Jérémy Berthod à Ain Sud: “La maturité structurelle du club permet d’avoir de l’ambition »

0
356
Jérémy Berthod a repris les rênes de l’équipe senior

L’ancien joueur professionnel de l’Olympique Lyonnais, mais également de l’AS Monaco et de l’AJ Auxerre, a pris les commandes de l’équipe première du club d’Ain Sud évoluant en National 3, cinquième échelon national. À 38 ans, il succède à Hervé Yvars, qui officiait à cette fonction depuis 2015. Interview au stade du Forum à Saint-Maurice-de-Beynost.

Quand et comment est venu ce goût pour la fonction d’entraîneur ?
En début de carrière, je ne pensais vraiment pas devenir entraîneur. Mais, au fur et à mesure, particulièrement en fin de carrière, je me suis de plus en plus intéressé au métier, à ses différents aspects : comment les coaches préparaient leurs séances, leurs façons de manager, la préparation physique…

En parlant de coaches, vous en avez eu plusieurs prestigieux au cours de votre carrière : Le Guen, Houllier, Jean Fernandez, Laurent Fournier, Ricardo entre autres. Certains vous ont-ils marqué, voire inspiré ?
Absolument tous. Je me sers de tout. J’ai parfois été moins bien dans ma carrière avec un feeling moindre avec les coaches : je m’inspire également de ce type d’expériences pour, en creux, faire et agir différemment. Tous m’ont marqué. Le Guen est sans doute un peu particulier car il m’a lancé en pro. Le regretté Gérard Houllier m’inspire par le calme et la sérénité qu’il savait transmettre au groupe. La proximité au groupe de Laurent Fournier m’inspire également. J’ai aussi apprécié mes coaches anglais en Norvège dont la philosophie de jeu est très portée sur la possession du ballon. Jean-François Jodar enfin, avec qui j’ai été champion du monde U17 en 2001, est un exemple dans sa manière de faire vivre le groupe ensemble, sur et en dehors des terrains.

Justement à propos du système de jeu, avez-vous déjà une idée précise du système dans lequel évoluera Ain sud à la reprise ?
J’ai des convictions sur le sujet, qui correspondent à mon goût pour un système basé sur la possession du ballon ; c’est encore trop tôt pour fixer un système qui de toute façon pourra évoluer selon l’adversaire. On est encore dans une phase où certains joueurs ne sont pas encore arrivés au club. Et pour ceux qui sont là, je dois observer leurs façons de s’inscrire dans tel ou tel système. Les matchs amicaux d’avant-saison seront déterminants pour préciser tout cela.

Vous orientez-vous vers une valorisation de l’audace pour le joueur ?
Oui en partie. Je considère en effet que l’audace et donc le contenu impliquent le résultat. C’est une approche qui paie dans la durée d’une saison, qui permet aux joueurs de se responsabiliser dans un climat de confiance. Cela favorise l’idée d’oser, de tenter.

On évoquait la préparation estivale. Qu’est ce qui est envisagé ?
Un aspect clé de l’intersaison est la préparation physique. On travaille étroitement avec le préparateur physique Alexandre Besson, depuis plusieurs années au club. J’ai une totale confiance en lui : j’ai vu plusieurs fois Ain Sud arracher le morceau en toute fin de match, entre autres grâce à une préparation physique réussie et efficace.
On aura six semaines de préparation avec une reprise le 18 juillet et un entraînement quotidien (un jour de relâche par semaine). Les matchs amicaux sont d’ores et déjà planifiés à partir du 30 juillet : on se déplace notamment contre la réserve de Dijon en août, on rencontre également des National 3 de la Ligue Bourgogne-Franche-Comté.

En terme de recrutement, où en est le club ?
On a quelques départs, dus à un effet fin de cycle pour une partie de l’effectif. D’autre part, certains joueurs ont été remarqués compte-tenu de la belle saison d’Ain Sud. On a fait une revue des manques à certains postes, ce qui a conduit à l’arrivée de plusieurs joueurs. On a procédé à une revue d’effectif en interne : la réserve bien sûr, mais également les équipes de jeunes qui comptent des joueurs susceptibles d’intégrer le groupe de la première à court ou moyen terme : à 19 ou 20 ans, si le joueur a le potentiel pour jouer en première, il jouera. Inutile d’attendre trop pour les intégrer. On devrait encore avoir deux ou trois arrivées pour consolider certains postes.

Il est toujours compliqué d’évoquer si tôt des ambitions sportives, mais dans les grandes lignes, quelles sont-elles ?
D’abord, on va essayer de faire monter la réserve cette saison, histoire de réduire ou maintenir l’écart de divisions entre nos deux équipes seniors. Pour la première, c’est une saison avec beaucoup de changements en termes d’effectifs. La préparation va nous permettre de préciser nos ambitions. Au premier quart de la saison, on y verra plus clair pour préciser nos ambitions. J’ai la chance d’avoir un président qui me donne les moyens d’une véritable ambition sportive au sein d’un groupe de N3 qui est probablement l’un des deux plus relevés de France. Nous ne sommes probablement pas les favoris pour le Top 3, mais compte-tenu de la qualité du club, des atouts d’Ain Sud, on aura, je pense, notre mot à dire.

Avant de signer à Ain Sud, quelle image et quelle connaissance du club aviez-vous ?
Le club d’Ain Sud jouit d’une excellente réputation et d’une belle image, grâce à son travail de fond remarquable effectué en terme de formation en direction des jeunes, et ceci depuis des années. Par ailleurs, le club est reconnu pour sa structure saine. J’ai bien sûr vu plusieurs fois jouer la Nationale 3 d’Ain Sud, elle aussi reconnue régionalement, dont je connais plutôt bien l’effectif depuis maintenant un certain temps.
En forme de clin d’œil, lorsque j’étais jeune joueur à l’OL, à l’âge de vingt ans, notre premier logement avec mon épouse était à Miribel où nous sommes restés deux ans.
J’en profite en guise de conclusion, pour remercier toutes les composantes du club : j’ai été formidablement accueilli par tout le monde, les éducateurs, les bénévoles et l’équipe de direction. Même si mon arrivée est encore récente, je me sens vraiment bien à Ain Sud. J’ai été mis dans les meilleures conditions grâce à cet accueil et suis déjà très à l’aise dans son fonctionnement interne.
     

Propos recueillis par Benoît Prieur


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here