Ehpad à la Sathonette : chacun a pu s’exprimer

0
320
Avant projet du futur EHPAD selon les plans de Dock Architecture

L’enquête publique concernant la construction d’un EHPAD et d’une résidence seniors à la Sathonette s’est terminée la semaine passée.
Le sujet divise toujours…


Avec près de 200 observations sur le registre d’enquête publique, le moins que l’on puisse dire est que la construction programmée d’un EHPAD et d’une résidence autonomie pour les personnes âgées à la Sathonette mobilise. Il divise aussi beaucoup la population.
Dans le détail, les personnes s’exprimant favorablement sont un peu plus nombreuses. Qu’ils soient résidents en EHPAD, habitants de Saint-Maurice ou concernés par le sujet, les signataires soutenant la construction de cette nouvelle infrastructure vantent le lieu choisi pour son calme et l’apaisement procuré, mais aussi la nécessité de trouver une solution pour améliorer les conditions d’accueil des résidents et les conditions de travail du personnel.
Les opposants, eux, ont rédigé un plus grand nombre d’observations, les multipliant pour certains d’entre eux, avec un record établi à près d’une quinzaine pour un seul et même signataire individuel. En collectif, en association, ou en leur nom propre, ils se désignent en tant que riverains le plus souvent, mauriciens aussi, et avancent plusieurs arguments : urbanistiques, avec une implantation qui viendrait dénaturer le poumon vert de la commune, mais aussi la proximité de leur habitation, les éventuels dangers liés aux risques naturels, les aspects juridiques et un défaut de communication de la part de la commune.
Au moins, l’enquête publique aura permis à chacun de s’exprimer. Elle s’achevait le 9 juin dernier. Le commissaire enquêteur rendra ensuite son avis dans les prochaines semaines.
L’association gérant l’institution Joséphine Guillon indiquait au printemps dernier vouloir démarrer les travaux de construction en début d’année 2023. Ce site unique viendrait ainsi remplacer l’EHPAD Les Mimosas et la Résidence de la Roseraie, deux sites devenus aujourd’hui obsolètes, et permettrait la création d’une unité de vie protégée pour les personnes aux troubles cognitifs importants.     

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here