80 panneaux solaires sur le toit de l’ancien centre de loisirs

0
279
Le toit du bâtiment de l’ancien centre de loisirs est désormais équipé pour fournir de l’électricité (Crédit photo : JLM Drône)

L’inauguration des panneaux photovoltaïques apposés sur le toit de l’ex-centre de loisirs a désormais eu lieu à Saint-Denis-en-Bugey. Ces panneaux devraient produire annuellement environ 33.000 kWh, soit l’équivalent de la consommation de 28 personnes hors chauffage.

C’est courant 2020, que les premières discussions ont été lancées, afin d’envisager l’installation de panneaux photovoltaïques sur des toits des bâtiments communaux. À l’époque, on parlait de l’école, mais aussi du centre de loisirs. En mai 2021, une délibération du conseil municipal validait le principe de les implanter sur l’ex-centre de loisirs. C’est désormais chose faite. Quatre-vingts panneaux solaires ont été posés et les onduleurs également. Cette installation de 31 kWc sur une toiture de 250 m2, est la troisième de ce type réalisée par la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Pl’Ain d’Énergie, après Douvres et Serrières-de-Briord. Cette SCIC a été fondée en mai 2020 par des habitants soucieux de développer sur notre territoire des énergies renouvelables et locales.  L’investissement de 41.000 euros, nécessaire pour cette toiture repose en partie sur une souscription publique, avec l’achat de parts sociales. En deux ans, ce sont plus de 110 sociétaires qui ont apporté leur contribution. La Communauté de Communes de la Plaine de l’Ain a également souscrit un nombre important de parts sociales, équivalent au nombre de parts prises par les habitants de la CCPA. Enfin, la Région a apporté la touche finale par une subvention conséquente.
La toiture de Saint-Denis-en-Bugey devrait produire annuellement 33.000 kWh, soit l’équivalent de la consommation de 28 personnes hors chauffage. L’installation a été confiée à la société Planète Plus, basée à Tournus (71). De son côté, Pl’Ain d’Énergie loue la toiture du bâtiment à la mairie, revend l’électricité pendant 30 ans, tout en s’occupant de la maintenance et de l’assurance. La commune récupérera l’installation au bout de ces 30 années, gratuitement, celle-ci devant normalement produire encore avec un rendement de 80% environ. Il ne manque plus que le raccordement par ENEDIS, ce qui peut encore prendre du temps, puisqu’il aura fallu 6 mois sur le site de Douvres. F.M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here