Jean-Christophe Péguet s’installe à la coupe dans une ferme “modèle”

0
445
Jean-Christophe Péguet s’installe à la Coupe, sur les hauteurs de Dagneux. Il reprend ainsi un site historiquement dédié à l’agriculture, puisqu’au XIXème siècle, les paysans locaux venaient batte le blé et le seigle en ces lieux.

Jean Christophe Péguet, secondé par son fils Jérémy, a conçu, sur le plateau de la Coupe à la limite de Pizay et de Montluel, une exploitation qu’il espère être modèle en matière de bien-être animal, d’autonomie et de respect de l’environnement.

Des cochons et des volailles qui courent en plein air, des volailles, c’est un peu la marque de fabrique de la Ferme du Terray. Alors, quand Jean-Christophe Péguet a souhaité s’installer à la Coupe, il a poursuivi dans cette ambition du respect du “bien-être animal”, pour créer une ferme “modèle”. Il détaille : “C’est de l’élevage de volailles et de porcs de façon extensive. Par exemple, à l’ordinaire, les volailles élevées en plein air ont 2 m2, ici en parcours herbeux, il y a 8m2 par volaille”. Quant aux cochons, qui se laissent caresser avec plaisir, ils disposent d’un vaste espace externe et sont élevés sur paille sèche. Au total, en simultané, 2.500 volailles et une trentaine de porcs sont actuellement présents sur place. Une cinquantaine de porcelets devraient arriver d’ici peu. Ces animaux consommeront “local”, puisque Jean-Christophe Péguet et son fils Jérémy ont loué 72 hectares autour de la ferme pour la production de céréales. “Bien sûr nous faisons de l’élevage, en vue de fournir de la viande, mais nous avons à cœur d’assurer à nos animaux, le meilleur bien être possible !”
Outre le bien être animal, il a fallu aussi faire avec les contraintes liées à ce type d’élevage et aux normes, notamment sanitaire. L’exploitation est ceinturée par deux kilomètres de grillage électrifié pour empêcher l’intrusion des bêtes sauvages. Concernant la grippe aviaire, les canards et poulets sont séparés, et des “bâtiments spacieux et confortables” ont été prévus en cas de confinement obligatoire. “On est aussi aux normes concernant la peste porcine avec des grillages spéciaux contre les sangliers”.

Des panneaux photovoltaïques pour  l’autonomie énergétique

L’autre aspect innovant de cette ferme d’un nouveau genre, c’est son autonomie énergétique. Pour atteindre cet objectif et rendre opérationnel et autonome ce site unique, isolé avec un environnement totalement vierge, le propriétaire des lieux a fait appel à un bureau d’études, qui a déterminé les besoins électriques de l’exploitation et de la maison d’habitation jouxtant l’activité agricole. “On voulait que ce soit le moins énergivore possible. Le bureau d’étude a donc quantifié ce qu’il fallait en panneaux photovoltaïques de façon à être totalement autonomes. On stocke l’électricité dans des batteries au lithium avec 40 KW de stockage. Cela permet de répondre à tous les besoins de l’exploitation et de la ferme !”
La Ferme du Terray s’agrandit donc, tout en conservant son aspect familial. Jean Christophe Péguet travaille avec ses fils Jérémy, sur l’exploitation, et Clément, responsable de la boucherie au magasin).
Ce savoir-faire, le Dagnard voudrait le partager en nouant des partenariats avec les écoles dès la rentrée prochaine. “On aimerait en faire une ferme pédagogique pour faire découvrir notre métier aux nouvelles générations et leur montrer qu’on peut être éleveur de manière différente”.   

R.P.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here