La faune aquatique de la Câline ravagée par des actes probables de braconnage

0
490
Des centaines de truites ont été retrouvées sur le ventre


L’histoire se répète malheureusement. Fin mai, plusieurs centaines de truites flottant la tête en l’air ou emportées mortes par le courant ont été découvertes dans le lit de la Câline, affluent de l’Albarine. C’est la seconde fois en quelques semaines que la rivière subit un tel fléau.


Il y a environ deux mois, la rivière la Câline, qui traverse notamment le petit village de Conand avant de se jeter dans l’Albarine à hauteur de St-Rambert-en-Bugey, avait fait l’objet d’une pollution malveillante en aval du pont situé à l’intersection des routes Arandas/Conand. Cela avait entraîné la mort d’une centaine de truites.
Mais les faits qui se sont produits lundi 23 mai semblent bien pires encore. La rivière offrait un spectacle de désolation, et les dégâts sont considérables, évalués à environ 600 poissons morts qui flottaient sur le ventre, en majorité des truites mais également des écrevisses à pattes blanches, une espèce rare en milieu naturel, en aval du pont et sur environ 1 km. D’après les premières constatations, il s’agirait de nouveau d’une pollution au chlore. Acte malveillant ou braconnage à des fins alimentaires ? Une chose est certaine, c’est un véritable carnage qui aura des conséquences pour de nombreuses années : “La rivière en aval du pont est anéantie, il faudra au minimum 7 ans pour qu’elle retrouve une densité de poissons identique. Parmi les 600 poissons, plus de 100 truites de 25 à 35 cm ont été décimées, et peut-être encore plus grave, des écrevisses à pattes blanches, espèce très rare, ont subi le même sort et risquent de disparaître. C’est une faune aquatique de souche, et en France, les rivières offrant une telle densité de poissons, se comptent sur les doigts de la main. C’est un crime contre la biodiversité et l’environnement” se désole, abattu, Martial Michel, le président de l’association de pêche agréée de l’Albarine (AAPPMA), qui s’interroge également sur une possible pollution des eaux pour les consommateurs : “Quel impact pour le captage d’eau potable de Saint-Rambert, situé à quelques centaines de mètres du confluent Câline Albarine ?” ajoute ce dernier, qui enfin, s’inquiète des conséquences “économiques” de cette grave atteinte à l’environnement.
Nous allons également perdre des pêcheurs c’est évident, et cela impactera l’éco-tourisme. Ici, 20 ans d’efforts ont été nécessaires pour arriver à ce résultat et presque tout est à refaire” conclut Martial Michel, très amer.
Une nouvelle plainte a évidemment été déposée à la gendarmerie.                 

G.C.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here