Initiative Plaine de l’Ain Côtière : 153 emplois en 2021

0
244

L’IPAC affiche un excellent bilan autour de ses opérations avec 153 emplois directs créés ou maintenus en 2021.

Initiative Plaine de l’Ain Côtière, IPAC, a tenu son assemblée générale à Miribel, au siège de la CCMP, dressant ainsi le bilan de l’exercice précédent. L’entité est rattachée à Initiative France, premier réseau associatif de financement et d’accompagnement des créateurs, repreneurs et développeurs d’entreprises. Côté chiffres, en 2021, 80 projets ont été acceptés en comité et 153 emplois directs créés ou maintenus pour 813.600 euros de prêts d’honneur délivrés. Au total 10 parrainages sont en cours, 94 bénévoles soutiennent l’activité de l’IPAC qui affiche 92 % de taux de pérennité à trois ans. Et depuis sa création, en 2009, c’est un impressionnant total de 831 emplois directs qui ont été créés ou maintenus et 367 entreprises accompagnées avec 85% de ces structures qui sont toujours en activité. Jean-Pierre Gaitet, maire de Miribel, estime ne pouvoir “parler qu’en bien de l’IPAC, à la fois pour ce que vous faites au niveau économique mais aussi au niveau humain pour les personnes qui veulent créer des entreprises, développer des entreprises. Vous avez le soutien de toutes les communes”.
Valérie Pommaz, maire de Thil et vice-présidente à la CCMP en charge du développement économique, salua “des accélérateurs de réussite, vous êtes quelques fois le petit maillon qui manquait à l’entrepreneur, au commerçant, à l’artisan pour rebondir” tout en ajoutant, au titre des élus locaux, que “nous devons être vos ambassadeurs, on doit parler de vous”. Bernard Gloriod, président de l’IPAC, revint sur un exercice 2021 “marqué par les conséquences du covid”. Côté associatif, la mise en place progressive d’un parrainage qualitatif et quantitatif, tant par les relations auprès des entreprises financées que par le soutien apporté, “évitant ainsi la solitude de l’entrepreneur”, fait partie des grandes évolutions. L’évolution de la structure pourra aussi “induire une mutualisation de nos moyens entre les cinq associations de l’Ain dans un souci d’efficience et dans une démarche partagée, étant entendu que nos relations avec la Chambre de métiers de l’Ain sont primordiales au vu de sa nouvelle organisation territoriale”. Pour Bernard Gloriod, une vraie stratégie de travail s’annonce pour les années à venir, à savoir “une formation continue de notre personnel, un renforcement de notre gouvernance, pour nous permettre d’être en cohérence avec les politiques publiques portées par nos communautés de communes”.

K.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here