Un collectif manifeste devant la station Total contre les forages en Afrique

0
165
Ils ont symboliquement manifesté devant la station Total pour dénoncer les agissements du groupe

Il se fait appeler « Stop Total ». Ce collectif, créé tout récemment, s’est installé en face de la station Total Access à l’entrée nord de Pont-d’Ain, afin de dénoncer les conséquences de forages réalisés par le groupe en Afrique.

Ils avaient déjà fait parler d’eux en manifestant en février dernier à Bourg-en-Bresse. Mais c’est à Pont-d’Ain qu’ils ont choisi, cette fois-ci, de se positionner tout dernièrement, pour mener une action de sensibilisation auprès des usagers de la station Total. Ils entendent ainsi dénoncer la politique économique du groupe Total, qui s’apprêterait à forer plus de 400 puits de pétrole en plein cœur d’un parc naturel en Ouganda, avec l’objectif d’extraire environ 200.000 barils de pétrole par jour. “Et ce n’est pas seulement l’Ouganda qui serait touché par ce désastre humain et écologique, mais également la Tanzanie, avec la construction d’un oléoduc géant de 1.445 mètres de long pour transporter ce pétrole” explique l’un des manifestants. Mais selon eux, grâce à la loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés, il est encore possible d’empêcher ce projet qu’ils estiment “destructeur pour le climat, l’environnement, les réserves naturelles et les populations” puisque plus de 100.000 personnes pourraient être directement impactées. “Total doit abandonner ce méga- projet « climaticide »… Et même si Total respectait les droits des communautés ougandaises et minimisait les impacts environnementaux locaux, ce méga projet pétrolier ne devrait pas voir le jour. Aujourd’hui pour espérer rester en deçà des 1,5° C de réchauffement climatique, plus de 80% des réserves fossiles déjà connues doivent rester dans le sol. Cela veut dire que plus aucun projet pétrolier ne doit être lancé en Ouganda comme ailleurs”.
À noter que cette campagne est menée en partenariat avec l’association française “Survie” qui s’oppose à la “Françafrique”, c’est-à-dire à toutes les formes d’intervention néocoloniale française en Afrique, mais elle est également soutenue par plusieurs associations ougandaises : AFIEGO, CRED, les Amis de la Terre Ouganda (NAPE).
D’autres actions devraient être menées prochainement dans le département afin de continuer à sensibiliser la population et impulser une véritable prise de conscience des politiques économiques engagées au détriment de toute considération humaine, environnementale et sociétale. M-J.J.

Page Facebook : Stop-Total

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here