La MFR et l’École du Bois voient l’avenir en plus grand

0
183
Les participants, élus et institutionnel, ont salué le dynamisme de la filière bois et la nécessité de revaloriser les métiers qui y sont liés

C’est devant un panel de personnalités et d’élus, et en présence de la préfète de l’Ain, Cécile Bigot-Dekeyser, qu’a eu lieu dernièrement la pose de la première planche à la Maison Familiale Rurale de Cormaranche, symbolisant le début des travaux. Initié il y a 7 ans, ce projet de trois millions d’euros concernera l’agrandissement de l’atelier bois et la mise en conformité pour les personnes à mobilité réduite.

La MFR (Maison Familiale Rurale) de Cormaranche accueille entre 150 et 180 élèves. Elle prépare, en alternance, aux diplômes de CAP couvreur, CAP BP charpente, CAP et BAC pro menuisier et BTS des systèmes constructifs bois habitat.
L’école technique du bois est située en face de la MFR, et a fait l’objet de travaux d’agrandissement, avec la création de classes numérisées, d’un foyer pour les élèves et d’un atelier de maintenance industrielle, une discipline nouvellement enseignée. Après la pose de la première planche à la MFR, les officiels ont symboliquement coupé le ruban pour inaugurer la fin du chantier.
L’école du bois a été créée ici en 1992 sous l’impulsion d’André Lyaudet, alors maire et directeur d’une scierie. Dans un contexte de manque de main-d’œuvre qualifiée, le but était de former des personnes pour les métiers de scierie, comme l’a rappelé Cyrille Ducret, le président de l’école du bois avant de préciser qu’ici, l’enseignement s’effectue dans une ambiance plutôt conviviale pour les élèves du CAP au bac Pro. “C’est un peu le club Med de la formation” ironisera-t-il. Pour autant, la formation reste qualitative et exigeante. Le directeur de l’école, Jean-Christophe Charrier, souhaiterait monter les effectifs jusqu’à 60 élèves et les travaux d’extension vont dans ce sens, avec, pourquoi pas, une autre extension envisagée, celle de l’atelier sciage. Une opération rendue possible grâce à des appuis, c’est pourquoi, il a été décidé que chaque salle porterait le nom des partenaires financiers ayant contribué au financement de l’agrandissement (1,7 million d’euros). Le foyer portera le nom de Paule Ducret, la mère du président qui a soutenu ce projet de création d’un foyer.
Une douzaine d’intervenants se sont succédé lors de cette pose “de la première planche”. Beaucoup souhaiteraient aujourd’hui un embargo sur l’exportation du bois français et fabriqué en France, ce qui permettrait d’apporter de la valeur ajoutée grâce à la filière bois. Pour sa part, Mme la Préfète a mis en avant l’engagement de l’État en faveur de la filière bois, avec une enveloppe de 200 millions d’euros attribuée dans le cadre d’un plan de relance.   G.C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here