Risques d’inondations : une réunion qui laisse beaucoup de questions en suspens…

0
339
Les habitants sont venus nombreux assister à cette réunion qui n’a pas toujours permis de fournir les détails attendus, notamment de la part des propriétaires dont l‘habitation pourrait être menacée par une prochaine crue

Dernièrement, une réunion publique avait lieu à la salle polyvalente de Vaux-en-Bugey afin de présenter les résultats d’une étude sur les aléas pouvant survenir en cas de crue importante notamment. Les maires des trois communes concernées (Saint-Denis-en-Bugey, Ambutrix et Vaux-en-Bugey) étaient présents.

Il n’est pas sûr que tous les habitants soient repartis avec des réponses à leurs interrogations, à l’issue d’une réunion un peu poussive et surtout très technique. Sans aucun représentant du SR3A (Syndicat de la Rivière d’Ain Aval et de ses Affluents) susceptible de répondre aux questions que certains se posaient sur l’entretien des berges, il y avait comme un goût d’inachevé. Toutefois, par le biais du directeur adjoint de la Direction Départementale du Territoire, la préfète a officiellement porté à connaissance des maires et des habitants, les résultats de l’étude des aléas mouvements de terrain, inondations et ruissellements des trois communes de Saint-Denis-en-Bugey, Ambutrix et Vaux-en-Bugey, le 21 avril dernier. Des responsables de bureaux d’études ont tenté d’apporter des éclaircissements grâce à des modélisations, en s’appuyant sur les précédentes crues de Vaux-en-Bugey et d’Ambutrix, et les phénomènes météorologiques des années 1990-1991, qui avaient coûté la vie au maire d’Ambérieu Robert Marcelpoil.
Pour réaliser des cartographies, le survol avec un avion des trois communes a été réalisé et a mis en exergue des zones potentiellement inondables ou qui le sont devenues au fil du temps à Vaux-Fevroux, Bettet. Bien sûr, le but n’était pas d’alarmer la population, cela ne reste que des aléas possibles, mais les risques sont là. Certaines maisons exposées pourraient d’ailleurs être dépréciées, voire devenir invendables. Une annonce qui a quelque peu tendu certains échanges.
Cette étude va permettre aussi de protéger l’État et les élus lors des délivrances de permis de construire en s’appuyant sur la révision du PLU. “On nous dit souvent, on savait, mais on n’a rien fait, maintenant, on connaît les dangers que ce soit pour les crues ou les éboulements de terrains, on va donc mettre en place pour chaque commune un plan particulier des risques” expliquait un des intervenants. Certaines maisons sont maintenant classées à risque faible ou très fort, ce qui pourrait légitimement inquiéter leur propriétaire sur les dangers potentiels. Il a cependant été précisé qu’il existe des dispositifs financiers qui peuvent aider à l’aménagement de leur bien afin de mieux se protéger.
Des échanges ont clos cette présentation, mais beaucoup de questions restent en suspens. Le Département a promis de revenir quand le projet sera davantage avancé. Place maintenant à l’ouverture d’une enquête publique… F.M.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here