Des volontaires recherchés pour évaluer la mortalité des animaux sur les routes de l’Ain

0
593
Certaines espèces d’animaux sont directement menacées par la circulation routière. Une étude scientifique est en cours afin d’évaluer plus précisément les circonstances et les espèces les plus exposées. Il s’agit également de recueillir des données sur le temps de présence des carcasses sur le bitume

Carcasses à plumes, à poils, cadavres d'amphibiens ou de reptiles… Ce triste spectacle du bitume est celui qui s'offre sur nos routes, sans que personne n'y prête attention. De jour comme de nuit, c'est un véritable massacre, mais nous en savons en réalité très peu sur l'impact mortifère du trafic routier auprès de la faune locale. Une vaste enquête a donc été lancée et des volontaires aindinois sont recherchés pour y apporter leur contribution.

Quelles espèces d'animaux sont les plus fréquemment percutées sur nos routes ? Dans quelles conditions ? Quelles sont les spécificités géographiques de cette mortalité ? Malgré des données territoriales, portant le plus souvent sur les gros mammifères, le sujet n'est resté longtemps qu'effleuré et nombre de questionnements demeurent en suspens, en particulier concernant les reptiles et amphibiens. C'est pour tenter d'apporter enfin des éléments de réponse plus précis, et sous la direction du CNRS, qu'une étudiante lyonnaise en physiologie et biologie des organismes, Annaëlle Benard, a décidé d'aller plus loin et de réaliser une thèse entièrement dédiée à cette question. Un travail fastidieux auquel est associée la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) Auvergne Rhône-Alpes. L'association, dont le siège départemental est à Pont-d'Ain, apporte...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here