Début de mandat : un bilan « plutôt positif » pour Béatrice Dalmaz

0
289
(© Bugey Côtière)

Faute d’avoir pu rassembler ses administrés depuis son élection au mois de mars 2020, le maire Béatrice Dalmaz et son équipe conviaient, le 15 avril dernier à la salle polyvalente, la population du village pour faire le bilan de ce début de mandat mais aussi présenter les projets de 2022. L’occasion de s’entretenir longuement avec la première magistrate buyatine.

Madame le Maire, avant de réunir vos administrés cette mi-avril, étiez-vous frustrée de ne pas encore s’être adressée devant eux, crise sanitaire oblige ?
Oui, bien évidemment (sourire) On attendait cela avec impatience… Si l’on veut travailler en bonne intelligence avec les habitants, ce sont des moments privilégiés pour expliquer la façon dont on travaille et les projets que l’on veut développer.

Quel bilan tirez-vous de ce début de mandat pour la nouvelle équipe municipale en place ?
Compte tenu des conditions que l’on a connues, le bilan est plutôt positif. On a pu terminer les projets initiés par l’équipe précédente et on vient de terminer notre premier gros projet avec l’aménagement sous l’église.

Dans vos promesses de campagne, votre programme s’articulait autour de trois grands axes prioritaires : la sécurité d’une part, le développement des services, des liens solidaires et intergénérationels par le biais d’une communication renforcée d’autre part et enfin, l’aménagement de certains espaces et bâtiments communaux ; êtes-vous conforme aujourd’hui à votre ligne de conduite ?
Totalement. Côté sécurité, la sécurisation des abords de l’école est le projet de l’année 2022. Le dossier est déjà enclenché, on a choisi notre assistant à maîtrise d’ouvrage qui doit nous présenter un avant-projet fin avril – début mai. Le but est de sécuriser la traversée entre le lotissement des Bois de Vavres et de la RD 65 en direction de l’école, de la salle des fêtes et des équipements sportifs. Le carrefour de la RD 65 avec le chemin de Sous Buyat sera sécurisé avec aussi la création d’un trottoir sur le côté gauche du chemin de Sous Buyat en allant à l’école. On espère pouvoir démarrer les travaux cette année. Concernant la communication, on a créé une page Facebook, posé un panneau lumineux au centre village et on est en train de finaliser la refonte complète du site internet qu’on présentera à la population probablement fin mai – début juin. Il s’agira d’un nouveau site web communal plus attractif, plus intuitif et plus moderne. Enfin, au niveau des réalisations, l’aménagement sous l’église constitue une première étape. On a donc démarré sur les trois axes que l’on s’est fixés.

Les budgets 2022 viennent d’être votés. Quels sont les principaux investissements prévus cette année ?
Le principal investissement concernera le projet de sécurisation des abords de l’école. Des jeux destinés aux enfants de 6 à 12 ans seront rajoutés dans le parc James Walker. Figure aussi la modernisation de l’éclairage public avec le passage aux leds. Le premier secteur concernera cette année l’entrée nord du village. Je pense qu’on est plus dans une commune à faire des économies, plutôt que développer des énergies nouvelles. Par ailleurs, on devra faire la révision du schéma directeur d’assainissement qui n’a pas été revu depuis de nombreuses années.

Avez-vous décidé de toucher aux taux d’imposition des taxes locales ?
Non, pas cette année…

Avec la suppression de la taxe d’habitation, seriez-vous tentée de revoir la taxe foncière sur le bâti ?
C’est peut-être ce que l’on devra faire d’ici les 2 ou 3 ans à venir. Il est possible que cette taxe augmente, mais pas pour cette année. Un budget n’est pas extensible et puis, les dotations de l’État et des différentes collectivités n’augmentent pas en proportion du nombre d’habitants qui arrivent sur Saint-Jean-de-Niost.

Ces derniers mois, quelques infractions au bien vivre ensemble ont été constatées sur la commune (voitures incendiées, dépôt sauvage d’ordures…). La municipalité envisage-t-elle de s’équiper d’un système de vidéo protection ?
La commune a déjà un système de vidéo protection mais pas encore sur le nouveau centre village. L’épisode des cinq voitures brûlées en décembre dernier a déclenché le fait que l’on anticipe sur notre programme prévu. On est en train de faire des études sur la possibilité de mettre des caméras aux endroits stratégiques du lotissement des Bois de Vavres. À terme, la commune devrait disposer d’une douzaine de caméras.

Jugez-vous la vitesse de certains automobilistes encore excessive dans la traversée du village ?
Certains rouleront toujours trop vite malheureusement… C’est pourquoi, des feux micro-régulés ou feux de récompense seront installés dans les deux sens de circulation au niveau du croisement de la RD 65 avec le chemin de Sous Buyat. Ceci s’inscrit dans un projet global de sécurisation des feux, du trottoir et du parking vers l’école.

Où en est la réflexion concernant le projet d’une résidence senior ?
On a choisi le bailleur social (Logidia). Cette future résidence verra le jour sur le quartier du Tremblet derrière le centre village. Il s’agira d’une résidence pour personnes âgées ou retraitées autonomes. Ce sera de l’habitat inclusif de plain-pied. Le but est de démarrer en 2024. La mairie aura en charge le volet social.
Sur ce même lieu, on aura une salle commune pour les associations et, juste à côté, une maison d’assistantes maternelles. L’idée est vraiment d’avoir un projet intergénérationnel. Le but n’est pas de « ghettoïser » qui que ce soit en fait, mais de créer un nouveau lieu de vie où les seniors sont un public privilégié, mais pas que.

Depuis mi-novembre 2021, la boulangerie du nouveau centre village Le Bois de Vavres est toujours fermée à défaut de repreneurs, êtes-vous inquiète pour le devenir de ce commerce central ?
C’est un inconvénient de ne pas avoir de pain d’autant plus que l’on s’était habitué. Je sais que monsieur Meuriau (propriétaire du fond de commerce) a quelques contacts et que la situation pourrait évoluer. On espère prochainement retrouver ce commerce.

Enfin, un mot sur la vie associative locale. Après deux années quasi à l’arrêt, pensez-vous que celle-ci pourra retrouver son dynamisme comme avant ?
Je l’espère… Il y a des attentes autant de la part de la population que des dirigeants des associations. Ceci étant, même si la situation sanitaire demeure toujours une préoccupation, la vie associative semble toutefois repartir de l’avant depuis quelques semaines et la salle polyvalente est à nouveau louée. T.G.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here