Questions à Éric Ardito, président de la chasse : “Un bilan moyen”

0
416

Éric Ardito, co-président de la société de chasse de Pizay, dresse le bilan de la saison et des effectifs et présente les projets.

Comment se porte la société de chasse ?
Nous sommes actuellement 33 chasseurs, un chiffre stable, mais qui va diminuer, puisque quatre jeunes vont s’en aller. D’autre part, dans les vingt-neuf restants, trois personnes ont plus de 80 ans et six autres personnes ne pratiquent pas régulièrement. On se retrouvera à 20 chasseurs vraiment actifs.

Comment s’est passée la saison écoulée ?
Le bilan a été très moyen. On a fait notre quota de dix chevreuils, mais il a fallu vingt-et-une battues. On tire de moins en moins. On a prélevé sept sangliers. En tout, on n’a fait que 35 % de ce qu’on a installé comme lâchers.

Avez-vous des projets de manifestations ?
Le 16 avril, en partenariat avec la municipalité, on organise l’opération Pizay village propre et le 8 octobre, on aura notre traditionnelle vente de boudins et de cochonnailles. Mais cette année, on n’organisera pas le ball-trap. En effet, pour tout faire fonctionner en continu sur deux jours, il faut être une quarantaine. Ca demande un énorme travail de préparation et nous ne sommes pas assez nombreux !

Que pensez-vous des polémiques autour des accidents de chasse ?
Il faut être sérieux et responsable. Moi, à chaque sortie, je lis devant tout le groupe les consignes, de façon à ce que tout le monde soit conscient du danger. On ne doit tirer que lorsqu’on a vraiment identifié la cible et pas n’importe comment.

Avez-vous des recommandations pour les promeneurs ou les ramasseurs de champignons ?
Oui, le samedi, ou bien quand il y a des battues, il faut porter des gilets fluos et rester sur les sentiers. On n’a jamais empêché les gens de se promener, mais il faut savoir que les chasseurs paient une redevance aux propriétaires privés et que ce sont eux qui entretiennent la forêt, il faut un minimum de respect mutuel. D’autre part, quand il y a une portée d’animaux, il ne faut jamais caresser les petits, ça les condamne à une mort certaine, parce que la mère les abandonne.

La situation s’est-elle améliorée avec les quads ?
C’est toujours le même problème, il y a une minorité qui ne respecte rien, qui arrache les panneaux, qui abîme les terrains privés et qui enlève les rochers qu’on a installés pour barrer les chemins. De plus, avec le bruit qu’ils génèrent, ils effraient les mères qui, là aussi, abandonnent leurs petits.

Où en êtes-vous avec la 3CM pour les sentiers pédestres qui traversent les propriétés privées ?
Après un rendez-vous, la 3CM a supprimé le parcours qui avait été fléché sur des terrains privés du lieu-dit les Culées jusqu’au lieux-dits la Montagne à Faramans sur 1 km environ. Mais les quads nous avaient complètement bousillé le terrain et bien sûr, ils continuent à y passer. C’est une nuisance récurrente sur toute la Côtière !

Un mot pour conclure?
La chasse est un loisir de plein air et on n’est pas là pour se prendre la tête avec les promeneurs. La nature est à tout le monde, il faut juste un minimum de respect mutuel.         

R.P.

Bureau : présidents : François Girerd et Éric Ardito, trésorier : Éric Ardito, secrétaire : J. F Blondel


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here