Dix millions d’euros d’investissement pour cette année

0
206

Plusieurs projets du mandat entrent dans leur phase active en 2022, avec les investissements conséquents qui les accompagnent. Dans le même temps, la commune va devoir continuer à maîtriser ses coûts de fonctionnement.

Étude urbaine et commerciale pour le cœur de ville, choix du maître d’œuvre pour le nouveau bâtiment d’accueil périscolaire, fin des travaux de la villa Monderoux, recrutement d’un agent supplémentaire pour la police municipale, travaux d’agrandissement de l’école, rénovation de bâtiments municipaux, renouvellement de l’éclairage public, travaux de voirie, notamment le long de la D1084, avec la prévision de carrefours et une première étude pour la requalification en voie urbaine sur un premier tronçon depuis Saint-Maurice-de-Beynost… En 2022, de nombreux gros projets annoncés au cours de la campagne électorale entre dans la phase de mise en œuvre. Ceci se traduit dans le budget par une section d’investissement portée à 10,26 millions d’euros. Du côté du fonctionnement, la section s’équilibre à 6,9 millions d’euros. Les charges de personnel s’annoncent stables, mais les charges à caractère général seront mécaniquement amenées à augmenter en raison de la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières, ainsi que pour “entretenir” les investissements réalisés. En terme de subvention, plus de 200.000 sont prévus au budget, dont 10.000 euros supplémentaires pour Gabi, qui passe ainsi à 180.000 euros. Une convention d’objectifs et de moyens a d’ailleurs été adoptée à la suite de ce vote.
Malgré tout, les élus ont choisi la stabilité pour les taux d’imposition “tant que cela est possible”, ainsi que pour les tarifs des services communaux que sont la cantine ou les activités périscolaires par exemple. Outre des recettes fiscales, la vente des terrains communaux pour les projets immobiliers apporte des rentrées financières conséquentes, elles s’élèvent à 950.000 euros pour l’EFS. Le tout en autorisant la construction de logements sociaux, pour lesquels la commune n’a plus à s’acquitter du prélèvement lié à la carence. Une réflexion va également être lancée sur le devenir d’autres parcelles dont la commune est propriétaires, qu’il serait intéressant de valoriser.

C.B.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here