MJC : il manque 400 adhérents pour un retour à une activité normale

0
223

Revenue plus de quinze ans en arrière en terme de nombre d’adhérents, la MJC doit vite renouer avec le public pour retrouver l’équilibre.


La saison 2021-2022 sera “une saison de transition” pour la Maison des Jeunes et de la Culture, a déclaré son président Thierry Bellanger lors de l’assemblée générale le 2 avril consacrée à l’activité de la MJC sur la saison 2020 – 2021. Car si elle n’a “jamais lâché prise”, si “à chaque sortie de confinement, toutes les forces vives ont convergé vers le même objectif : retrouver nos adhérents le plus vite possible”, la covid a tout de même fait des dégâts. D’abord avec une baisse “vertigineuse” (- 29,85 %) du nombre d’adhérents ramené à 1.076 (1534 avant la crise), soit le niveau de 2005-2006. Et donc, logiquement, une baisse du nombre de participants dans les activités qui a eu comme conséquences parmi les plus graves la perte de prestataires/encadrants, comme dans les activités danse. Ce secteur, déjà en difficulté depuis cinq ans, qui plus est assimilé à des activités de contact, est le plus impacté : – 38 % de participants. “Il y a de la casse dans les équipes qui sera longue à réparer”, estime le président.
Durant cette période, la MJC a aussi dû protéger ses salariés. Ce qui est passé, notamment, par le maintien des salaires à 100 %, permis grâce aux aides de l’État sans lesquelles la MJC aurait présenté un déficit d’environ 60.000 euros. Au lieu de cela, les finances présentent un fort excédent (114.412 euros). Mais cela représente aussi un fort déséquilibre prévient Gilles Bordonné, trésorier, qui va avoir des répercussions sur le prochain exercice.
Pour fonctionner normalement, une structure comme la MJC doit avoir un taux d’autofinancement de 55 % (actuellement : 21,6 %), ce qui nécessite 1.400 adhérents. Même si, idéalement, il faudrait que la moitié des adhérents amène un ami pour y parvenir, d’un point de vue réaliste, cela ne se fera pas rapidement ; et les charges vont retrouver dès la nouvelle saison un niveau normal tandis que c’en sera fini des aides de l’État. La MJC doit donc déjà travailler à l’avenir, bâtir un plan de route pour 2022-2023. Si elle n’a jamais totalement cessé d’être présente pour le public depuis deux ans, il lui faut toujours créer l’événement. Pour exemple, le 18 mai à Dagneux, aura lieu une journée pilotée par les douze membres du Café Citoyen sur le thème “Faire Humanité Ensemble”, avec des tables rondes préparées par les jeunes de collège, lycée et MFR, des ateliers, débats et spectacles. Autre piste de travail : l’environnement. La MJC s’accroche sur ce thème aux résultats d’un sondage de la 3CM : 67 % des personnes interrogées souhaiteraient davantage d’événements culturels sur le territoire. Un autre moyen de se projeter sur le devant de la scène face à une population parfois insuffisamment informée des activités de la Maison.
     

F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here