Tiques : méfiance avec le retour des beaux jours

0
1051

Plus d'un tiers des tiques de notre région analysées en 2020 étaient porteuses d'un agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé humaine, avec en premier lieu, le risque de contracter la désormais tristement célèbre maladie de Lyme. L'Ain, département encore fortement rural, est à ce titre un territoire “à risques”. Pas de panique, mais avec le retour des beaux jours, répondre à l'appel de la forêt ou simplement du jardin, doit s'accompagner de quelques petites règles de prudence.


Transmise par les tiques infectées par une bactérie, la maladie de Lyme, comme toutes les affections, n'arrive pas forcément qu'aux autres. Depuis une douzaine d’années, entre 25.000 et 68.530 cas de borréliose de Lyme sont ainsi diagnostiqués chaque année dans le pays, et la tendance est clairement à l’augmentation. Avec plus de 60.000 cas estimés en 2020, le taux d’incidence annuel de la borréliose de Lyme a encore progressé de près de 20 % par rapport à 2019, même si paradoxalement, l'agence nationale de santé publique a noté une diminution des recours à l’hôpital cette année-là. Une “anomalie” qui est probablement liée à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le système hospitalier du pays qui a freiné la prise en charge d'autres pathologies. Ces dizaines de milliers de cas, qui...

La suite est réservée à nos abonnés.

Abonnez-vous et accédez à tous nos contenus !

S'abonner

Déjà abonné ? Se connecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here