Un programme d’investissement de 10 millions d’euros d’ici 2026

0
270
La transformation de la D1084 constitue le projet phare du mandat

Le rapport d’orientation budgétaire a été présenté lors du dernier conseil municipal. L’occasion de faire le point sur la programmation pluriannuelle d’investissement d’ici la fin de mandat.


C’est l’un des budgets les plus ambitieux de ces dernières années qu’envisage la commune de Saint-Maurice-de-Beynost pour les quatre prochains exercices. Au total, dix millions d’euros d’investissements sont programmés pour des projets principalement décrits dans le rapport d’orientations budgétaires comme “structurants”. Parmi eux, la requalification de la D1084 devrait être le poste le plus lourd, avec une enveloppe estimée à 2,5 millions d’euros. La réhabilitation de la place Charles de Gaulle devrait constituer une autre grosse dépense, ainsi que la réhabilitation des voiries prioritaires. À cela s’adjoint le développement de la vidéoprotection. Globalement, le montant du chapitre des “projets structurants pour la commune” est estimé entre 7 et 8 millions d’euros.
Il faudra ensuite ajouter la rénovation énergétique des batiments et la finalisation de la mise en accessibilité, la rénovation de l’éclairage dans les batiments et dans les rues, la réfection des cours d’écoles, le développement d’équipements selon les projets associatifs et les investissements récurrents.
Autant de projets qui, pour être financés, nécessiteront de mobiliser la capacité d’autofinancement de la commune, le recours aux subventions, mais aussi à l’emprunt. Les taux d’intérêt restant encore bas, il est envisagé de souscrire un prêt de 2 millions d’euros sur dix ans, portant la dette par habitant à 780 euros, contre 290 euros en 2022 pour une moyenne pour les communes de même strate à 771 euros. Autre revenu attendu : celui de la taxe d’aménagement. Celle-ci est due pour chaque construction couverte de plus de 5m2. Au-delà des nouvelles habitations individuelles, la commune compte sur de grosses rentrées avec les projets en cours ou à venir, comme East Village à l’entrée de la commune, le complexe cinématographique, l’aménagement sur le site de l’ancien centre social Marcel Cochet. Des montants qui devraient permettre de compenser l’augmentation de l’annuité de la dette…
Du côté du fonctionnement, la ville a déjà entrepris la diminution de ses frais et une augmentation des recettes avec l’arrivée de nouveaux contribuables. Elle s’est également attelée à rechercher de nouveaux modes de financement avec les partenaires que sont la CAF et les collectivités locales qui apportent des subventions. Le développement du périscolaire et du centre de loisirs a également permis des rentrées financières supplémentaires. Après une réorganisation des missions du personnel communal lors des départs, il ne semble aujourd’hui plus possible de poursuivre dans cette voie “sans dégradation du service aux habitants.” Mais ce sont aussi ces efforts qui ont permis de retrouver des marges de manœuvre.
En ce début d’année 2022, la commune se montre “résolument optimiste en matière de finances locales. Investir, oui, mais tout en maintenant la commune à un bon niveau de ressources sans hypothéquer les futurs projets”, telle est la politique développée aujourd’hui.       

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here