Retour sur la folle aventure de Rita Erigoni en Laponie par – 20°C !

0
192
Rita et sa sœur après l’épreuve de fat bike

Du 27 au 31 janvier 2022, cette habitante de Villieu-Loyes-Mollon et sa soeur, Fabienne Roger, ont participé au Lapony Trophy en Finlande, un raid sportif féminin au profit de « Vivre comme avant », une association de soutien aux femmes touchées par le cancer du sein. Une incroyable aventure sous une température de – 20° C que nous raconte l’emblématique gérante du camping triplement étoilé du Pont-de-Chazey et aussi première adjointe au maire.

Rita et Fabienne sont deux frangines touchées de près par cette foutue maladie qu’est le cancer. En avril 2018, Céline et Virginie, leurs deux nièces âgées d’une trentaine d’années, apprennent à seulement quinze jours d’intervalle, qu’elles sont atteintes d’une tumeur au sein. Une nouvelle qui plonge toute leur famille sous le choc. Ambulancière de métier dans l’Aveyron, Fabienne est pourtant confrontée tous les jours à cette maladie. La plupart en réchappent mais d’autres n’ont pas cette chance. Quant à Rita qui côtoie énormément de monde grâce au camping Claire Rivière qu’elle dirige depuis 40 ans, elle constate impuissante les ravages de cette maladie. C’est pourquoi, au-delà de leur soutien moral et leur compassion, ces deux tatans au grand cœur ont souhaité s’engager davantage pour pouvoir aider leurs nièces dans la terrible épreuve qu’elles traversent.
En janvier 2020, grâce à une connaissance de Virginie qui finissait ses traitements, elles apprennent l’existence du Lapony Trophy que leur nièce, courageuse et battante, entend d’ailleurs participer. Disputé en binôme, ce raid sportif féminin allie plusieurs valeurs : convivialité, partage et surtout, dépassement de soi. “Ma sœur Fabienne m’a alors parlé de ce projet qu’elle avait envie de faire. Elle m’a dit : “Il n’y en a qu’une qui peut le faire avec moi, c’est toi ! Je fais du sport, je bouge, je suis quelqu’un de très active mais de là participer à un raid en Laponie, on se pose quelques questions. Et puis, au bout de deux jours, je lui ai répondu : “bingo, on y va !” confie Rita. Initialement, ce projet devait se faire en janvier 2021 mais, compte tenu de la pandémie mondiale de covid, a été repoussé d’une année. Une situation sanitaire qui a forcément eu un impact sur la préparation de nos deux “raidylaidies”. “Cela a été très compliqué avec la fermeture des salles de sport, les confinements successifs… Mais on était très motivées” reconnaît Rita qui, comme Fabienne, avait fait le choix d’autofinancer son projet, soit un budget d’environ 3.240e chacune. “Le but premier de notre participation, c’était de soutenir et récolter des fonds au profit de l’association Vivre comme avant” insiste l’intéressée. Grâce à la générosité de leur entourage et de clients du camping, la Team “La Smalaponie” – nom choisi en clin d’œil au blog familial Smalalaezza – a pu reverser 3.200e à cette association partenaire du Lapony Trophy.

Des reines parmi les rennes

Après des mois de préparation et un grand ouf de soulagement après le verdict des tests covid négatifs, notre binôme d’enfer s’est donc envolé ce début d’année pour la Finlande au pays du Père Noël en plein Cercle Polaire à la limite du pôle Arctique. “C’est une aventure difficile à raconter quand on ne l’a pas vécue. Il y avait une solidarité. Toutes les femmes participantes étaient là pour une même cause, à fond derrière l’association Vivre comme avant” explique Rita, qui était l’une des deux aventurières doyennes du raid. Deux sessions étaient fixées fin janvier et ont réuni, chacune, 50 binômes au départ. Ceux-ci venaient principalement de l’Hexagone et de deux pays francophones (Belgique et Suisse). Au milieu d’une nature sauvage et préservée en plein cœur de l’hiver polaire avec une température à faire claquer des dents – jusqu’à – 20 °C ! – trois matinées d’épreuves sur des parcours balisés attendaient nos deux guerrières, prêtes à tout pour la bonne cause : 15 kilomètres de course à pied ou de raquettes (terminés en 2h15 minutes !) le premier jour, 15 kilomètres de fat bike (vélo sur neige) et course à pied le deuxième jour, course de ski de fond en relais et parcours du combattant le dernier jour… Les après-midi étaient plus relax avec au menu notamment, sauna finlandais, course de chiens de traîneau et visite des grottes de glace au village du Père Noël à Rovaniemi. “Janvier est le mois le plus froid. Mais on ne le ressentait pas car on était bien couvertes avec des vêtements thermiques très techniques, deux couches en bas et trois couches en haut. Visuellement, il faut aimer le blanc (sourire). On était dans un autre monde, silencieux, c’est vraiment magique ! Le jour se levait à 9h et il faisait nuit à 16h. Le corps humain peut surprendre. Quand le mental est là, il surpasse et entraîne le physique. Pour nous, il était hors question d’abandonner”. T.G.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here