Christine François : “Il y a énormément de travail”

0
302

Christine François a remporté les élections municipales anticipées. Depuis, elle impulse la vision de son équipe au sein de la mairie. Rencontre avec la première femme maire de Neyron.

Comment s’est passée votre prise de fonction ?
Cela s’est bien passé. C’était un peu difficile dans la mesure où deux personnes, le secrétaire général et la secrétaire adjointe à l’urbanisme, sont partis et ces deux postes étaient vacants à notre arrivée. Ce sont deux postes prenants et on a fait notre travail d’élus en palliant à ce manque de manque personnel. On a recruté une personne pour le poste de secrétaire général qui arrivera le 17 mars. La nouvelle secrétaire adjointe à l’urbanisme arrivera mi-avril, la date exacte de son arrivée dépendant de la date de son départ au sein de la commune où elle se trouve.

Où en est le dossier du glissement de terrain ?
Il y a eu une réunion avec l’expert du tribunal administratif le 31 janvier. L’expert judiciaire a animé cette réunion où étaient présents les élus de la commune, des experts-géomètres, des administrés… La première phase de confortement sur le chantier est terminée mais est en observation, ça bouge encore un peu. Une deuxième phase de confortement doit encore se faire, au-dessus, mais nous n’avons pas d’échéance puisque justement nous devons définir qui prendra en charge ces travaux.

Logements sociaux, nouvelle bibliothèque et périscolaire : le permis de construire expiré, une grande prudence quant à la stabilité du terrain


D’autres dossiers importants sont-ils en cours ?
Juste en dessous du terrain concerné par le glissement, il y avait un projet de logements sociaux avec l’insertion de la bibliothèque, de l’accueil périscolaire et éventuellement d’une mini-crèche et d’un petit commerce. Après examen, il est apparu que le permis de construire était expiré et, ce projet datant de 2013, il ne correspond plus aux besoins de la commune. Si on regarde la surface pour le périscolaire par exemple, pour qu’il soit aux normes, on ne pourrait mettre que 17 enfants alors que nous en avons 70 dans le périscolaire. Nous avons rendez-vous avec le bailleur social pour voir comment modifier le projet, sinon on annule tout. Mais en l’état, le projet ne correspond plus aux besoins de la commune et les événements qui sont survenus juste au-dessus, la zone de sinistre, nous amènent à la plus grande prudence. Il est hors de question de démarrer des travaux tant qu’on n’est pas certain que ceux-ci seront conformes avec la zone du Plan de Prévention des Risques.

L’ouverture du fort au public souhaitée au printemps

D’autres projets sont en cours en ce début de mandat ?
Nous avons l’aménagement du fort, avec une première étape de sécurisation et viabilisation pour ouvrir au public, éventuellement au printemps, et prévoir des événements sur le site. La sécurisation de la route départementale, devant la mairie, aux abords de l’école notamment, est un autre point important. Les enfants de la maternelle, quatre fois par jour, traversent pour aller à la cantine. Il y a un manque de visibilité du fait qu’il y ait une école, mais il faut aussi améliorer la visibilité de la zone 30 qui est entre la mairie et l’école, sécuriser une zone pour les vélos, nous avons tout un projet sur cette voirie. Au stade Francisque Payé, nous aurons éventuellement la création d’un city-stade, qui bénéficierait au centre aéré et aux associations, et serait ouvert au public en dehors de ses heures d’utilisation. Mais le délai de sa concrétisation dépendra des subventions accordées, dans la limite de nos moyens et des subventions pour lesquelles on a sollicité le Département

Quel est votre regard sur cette activité de maire que vous découvrez ?
Quand on est en place, on est pleinement en mesure de constater le poids des responsabilités, l’ampleur de la tâche. En dehors des projets, il y a des affaires courantes, des imprévus à gérer tous les jours. Au-delà de la responsabilité juridique et administrative, il y a énormément de travail. On ne se rend pas compte de la quantité de travail qu’il y a. Lors de notre campagne, nous nous sommes engagés à être au plus près des administrés, l’équipe est très motivée autour de moi et ça me donne de l’énergie, mais il faut aussi savoir déléguer et répartir les tâches pour tenir la longueur.

Propos recueillis par Kevin Plagnat


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here