La commune veut responsabiliser ses jeunes

0
278

Le dernier conseil municipal a permis d’adopter deux mesures visant la jeunesse meximiarde, afin de la responsabiliser et de l’accompagner.


Que faire lorsqu’un élève dégrade ou commet des incivilités ? Lors de la dernière réunion du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), les représentants du collège Vaugelas ont décrit la nécessité de mettre en place une convention de responsabilisation pour les élèves responsables de méfaits. La mesure de responsabilisation a pour objectif de faire participer les élèves, en dehors des heures d’enseignement, à des activités de solidarité, culturelles, d’entretien, de maintenance ou de formation à des fins éducatives dans le cadre d’un échange avec les familles. Au cours de cette mesure, les élèves pourront découvrir les activités de la structure d’accueil, assister ou participer à l’exécution d’une tâche. Elle est mise en place pour éviter un processus de déscolarisation, tout en permettant à l’élève de témoigner de sa volonté de conduire une réflexion sur la portée de son acte. De son côté, l’organisme qui accueillera l’élève devra, lui, faire accomplir des activités correspondant à la fois à ses aptitudes et aux objectifs de la mesure de responsabilisation et évaluer son comportement et son investissement dans l’activité. Le maire, Jean-Luc Ramel, a expliqué qu’il trouve important que la ville de Meximieux puisse accueillir ces jeunes et leur permettre de découvrir l’environnement des services de la collectivité et les missions de chacun. Le conseil municipal s’est montré unanime pour la signature de cette convention, l’élu d’opposition Yvon Madiot se félicitant de cette initiative.
Une seconde convention a été adoptée à l’unanimité. Dans le cadre d’un projet financé par l’Etat et baptisé “Ain’Visibles”, l’ADSEA se charge de repérer et remobiliser les jeunes les plus vulnérables, non connus des institutions sociales ou des services publics de l’emploi, ou en rupture de parcours. Ce projet vise les 16-29 ans qui peuvent prétendre à un accompagnement de la Mission Locale, du Pôle Emploi ou d’autres structures. L’objectif global de ce projet est d’aller chercher ces jeunes-là où ils se trouvent pour les accompagner. Quatre élus référents ont été désignés pour cette action : Jean-Alex Pelletier, maire adjoint, Régine Giroud maire adjointe, Cyrille Dumont et Saïd Moulfi conseillers municipaux.
Yvon Madiot, élu d’opposition, a regretté qu’aucun élu d’opposition soit dans la liste des référents. Fabienne Cluzel adjointe lui a répondu qu’il serait consulté pour ce projet, en tant que représentant de l’Office Municipal des Sports.
Si elle se réjouit de ces décisions, l’opposition souligne qu’elle se bat
depuis plus d’une année pour que ces propositions voient le jour et déplore de ne pas être associé au moment de leur mise en œuvre. Mohammed El Maroudi, chef de file, précise : “Ce que nous regrettons c’est que les propositions viennent de la minorité mais lors de la mise en place, ils en sont exclus ! Quand les propositions sont bonnes et reprises, il faut prendre les hommes et les femmes qui vont avec !”       

S.C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here