Le cinéma prévu pour le printemps 2024

0
500
Visuel de l’extérieur du projet proposé par Vurpas Architectes (crédit image : Septembre Illustration)

Les premières esquisses du futur complexe cinématographique ont été dévoilées il y a quelques semaines. Celui-ci devrait ouvrir ses portes au printemps 2024.

C ’est un projet de longue haleine, qui devrait entrer dans sa concrétisation dès 2022, avec les premiers coups de pelleteuse pour la construction du futur cinéma en fin d’année.
Implanté sur le secteur des Bottes, à côté du forum des sports, en limite avec la commune de Beynost, le complexe devrait compter cinq salles pour 810 fauteuils. 150.000 spectateurs sont attendus chaque année, pour visionner 350 films grand public et d’arts et d’essais. Le montant de l’investissement est estimé à 8,5 millions d’euros hors taxe.
Ces derniers mois, le dossier a connu quelques avancées, avec notamment le choix de l’architecte, retenu à la fin de l’été 2021. C’est le cabinet Vurpas Architectes, basé à Lyon, qui a été choisi par le jury à l’issue d’un concours. Caroline Terrier, présidente de la communauté de communes, décrit un projet “qui s’inscrit dans une vision d’aménagement global.” Cette étape validée, viendra le dépôt du permis de construire en mai 2022 pour une livraison souhaitée en mars 2024. Entre-temps, le mode de gestion aura également été défini. Si la CCMP sera propriétaire des murs, elle s’oriente vers une concession de service public pour la gestion du cinéma et du restaurant, avec chacun un contrat. Les élus trancheront la question en avril. Ce printemps 2022 verra également le lancement de l’étude de faisabilité et de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement des espaces extérieurs, viaires et l’accessibilité. “Le but est d’inciter les spectateurs à se déplacer en modes doux, à leur offrir un moment de promenade entre le parking et l’accès au cinéma” détaille la présidente. “Le projet est important dans son aménagement extérieur. C’est ce qui donnera sa propre identité. Il est intéressant de relever ce défi pour ce site à côté du pôle sportif et d’une zone d’activité. Il faut faire de cet emplacement particulier un atout.”
Malgré la crise sanitaire, la communauté de communes poursuit donc son projet lancé sous la mandature précédente. Les changements de pratiques, avec la montée en puissance des plateformes telles que Netflix ou Amazon, ne constituent pas une source d’inquiétude pour la fréquentation du lieu. La communauté de communes rappelle que 2019 a été la plus belle année en terme de fréquentation. Et d’avancer pour 2021, une baisse de “seulement 20 %” par rapport à 2019. “Pour moi, les plateformes et le cinéma, ce sont deux usages différents” explique Caroline Terrier. “Personnellement, je pense que plus on va au cinéma, plus on a envie d’y aller. On a la chance d’être dans un pays qui a une offre importante, le pays des Frères Lumières. Le cinéma français est de grande qualité. Je ne me fais aucun souci. Les Français et les Françaises aiment le cinéma. En 2024, j’espère bien que la crise sanitaire sera derrière nous et qu’on aura cette liberté d’aller au cinéma comme on le souhaite. Et les opérateurs, eux, n’ont pas de crainte.”
Reste que le conseil communautaire de décembre a soulevé une divergence de vues entre élus de l’assemblée communautaire pour ce qui concerne l’accès routier au site. Le chemin des Batterses, qui appartient aux communes de Beynost et Saint-Maurice-de-Beynost devait être transféré à l’intercommunalité pour qu’elle prenne en charge son aménagement. Mais la délibération a été retoqué, à une voix près en décembre dernier. Le sujet était à nouveau à l’ordre du jour ce mardi 15 février, aux côtés d’une étude globale sur les voiries du territoire. “On va représenter le transfert du chemin des Batterses pour avancer, car c’est très important pour ce projet. J’espère qu’on va trouver un consensus sur ce sujet. On s’est laissé le temps de la pédagogie” conclut Caroline Terrier.
       

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here