Lieu de culte : la justice annule le permis de construire, le terrain va retrouver sa vocation naturelle

0
468
Un site internet avait été créé spécialement pour ce projet

Depuis 2020, le quartier de Sermenaz vit sous la menace de voir s’ériger un lieu de culte sur le petit morceau de terrain boisé qui le sépare de l’A46. La justice a mis un très sérieux coup d’arrêt au projet et la métropole devrait prochainement l’enterrer définitivement.

Depuis de nombreuses années, la communauté des Frères de Plymouth a acquis une parcelle de 16.000m2, sur la commune de Rillieux-la-Pape à Sermenaz. Mais, en limite directe de la commune de Neyron, ce terrain boisé dit des Épinglettes fait aussi office de zone “tampon” avec l’autoroute, pour les habitations neyrolandes toutes proches. Il est considéré comme un corridor écologique et, lorsque les Frères de Plymouth l’ont acquis, les documents d’urbanisme rendaient toute construction impossible pour cette raison environnementale.
En mai 2019, la Métropole de Lyon, dont fait partie Rillieux, approuve un nouveau PLU-H. Le terrain concerné change alors de classement pour devenir un “secteur de taille et de capacité d’accueil limitée” (STECAL) de 15.000m2. Ce qui rend possible, dans une certaine mesure, une construction. Le 16 mars 2020, la commune de Rillieux accorde à l’église chrétienne des Frères de Plymouth de Lyon un permis de construire en vue de l’édification d’une salle de culte pouvant accueillir un millier de personnes et d’un parc de stationnement de 235 places. Un second arrêté autorise le lancement des travaux. Le panneau d’information est apposé le 1er juillet 2020, au sortir du premier confinement lié au Covid. C’est alors, seulement, que les riverains les plus proches et la commune de Neyron découvrent le projet. Les démarches sont engagées pour obtenir son annulation. Les riverains n’ont rien contre la communauté qui souhaite s’installer là, mais la dégradation de leur cadre de vie et de la zone naturelle les pousse à monter un collectif. Des requêtes sont déposées en août 2020 et en février 2021 par la commune, puis le 12 décembre 2020 et le 10 avril 2021 par les riverains. Sauf que le temps de la justice est long… et de premiers menus travaux semblent démarrer au printemps 2021, avec l’implantation de piquets aux Épinglettes. Une procédure d’urgence est lancée auprès du tribunal administratif. Celui-ci ordonne dans la foule la suspension de l’arrêté du maire de Rillieux autorisant les travaux, en attendant un jugement sur le fond.
Fin décembre dernier, enfin, les décisions ont été rendues. D’abord, elles invitent le président de la Métropole de Lyon à abroger le classement en zone Stecal. Considérant qu’il s’agit là d’une “erreur d’appréciation”, “au regard de la superficie […], de l’extrême sensibilité du milieu naturel du secteur […] et de l’enjeu majeur s’attachant à sa préservation”. Ensuite, le tribunal administratif annule les arrêtés accordant le permis de construire et autorisant les travaux.
La Métropole devrait donc prochainement mettre le sujet de la modification de son PLU sur ce point précis à l’ordre du jour. Il est prévu un classement en zone N1, c’est-à-dire zone naturelle sensible. Un soulagement pour le maire de Neyron, Christine François, Fraîchement élue : “Au cours de la campagne, nous avions rencontré les porteurs du projet et avions été clairs avec eux. Que ce soit une salle de culte ou une autre construction, la problématique était la construction d’un bâtiment sur une zone naturelle protégée qui allait détruire l’écran qui protégeait les riverains de l’autoroute. Toutes les nuisances étaient pour les Neyrolands.”       
     

  C.B.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here