Le village veut décrocher le label des “Petites cités de Caractère”

0
230
Saint-Sorlin est assurément un village de caractère. Et à ce titre, il se bat pour obtenir un label qui lui offrirait une juste reconnaissance.

Actuellement, seule la commune d’Ambronay a obtenu ce précieux label qui permet de fédérer différents acteurs autour de l’objectif commun de sauvegarder le patrimoine local et de l’utiliser comme levier de développement des territoires. Le maire de Saint-Sorlin-en-Bugey Patrick Millet, entouré d’une équipe motivée, travaille sur ce projet. C’est un challenge mais l’édile estime que sa commune a largement des arguments à faire valoir.

L’histoire des petites cités de caractère n’est pas vraiment nouvelle, puisqu’elle a débuté dès les années 70. À cette époque où l’on opposait souvent héritage et modernité, toute une partie du patrimoine de la France était en train de s’effacer au nom du progrès, et notamment le patrimoine des petites villes et des villages. En 1975, un élu breton, Jean-Bernard Vighetti, sera le premier à lancer l’idée d’un label regroupant “les petites cités de caractère”.
Une initiative née d’une volonté de préserver le patrimoine des petites villes, sans, pour autant, les opposer au progrès.
Aujourd’hui, ce label vise toujours à mettre en valeur l’authenticité et la diversité du patrimoine de certaines communes de moins de 6.000 habitants, dotées d’un bâti architectural “de qualité et cohérent”. L’objectif est de leur offrir une meilleure visibilité auprès du public, mais l’enjeu est également financier puisque ce label permet de bénéficier de subventions substantielles pour l’aménagement du patrimoine public comme privé. L’entrée dans cette labellisation prend plusieurs années et nécessite pour la commune demandeuse de présenter un dossier très complet étudié par une commission d’élus de représentants du patrimoine régional.
À Saint-Sorlin, le projet de rejoindre le label des petites cités de caractère est né assez naturellement, compte tenu de l’histoire du village et de sa physionomie préservée. Le dossier est en cours de montage, comme le précise le maire Patrick Millet : “on sait ce que l’on veut et faire et ne pas faire, on a soumis cela en comité de sélection après avoir échangé. On a tous les éléments ici pour posséder ce label”.
Mais, entre un souhait et la réalité, c’est autre chose et ce label ne s’obtient pas d’un simple claquement de doigts. “C’est un dossier qui demande beaucoup, beaucoup de travail. C’est d’ailleurs pour cela qu’on s’est adjugé les services du CAUE (NDLR : Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement). Il nous aide à monter ce dossier et ensuite, c’est à nous de charger un professionnel du montage rédactionnel du dossier, car cela reste quand même, très technique et très lourd à élaborer. Aujourd’hui, on est en train de hiérarchiser les projets, de notre village”. Dès lors que les choses auront davantage avancé, le maire précise que la population sera conviée à une réunion publique. Actuellement, en plus du conseil municipal, quinze personnes issues des différents quartiers, et des associations, aux compétences diverses et variées, sont impliquées dans cette démarche. “Chacun nous a fait remonter des idées et les réflexions des habitants. Là on est en train de tout noter sur un tableau et on va travailler sur les critères financiers et de faisabilité”. Et même s’il reste encore beaucoup de travail à accomplir, Patrick Millet le répète, il veut ce label ! F.M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here