Gymnase : la facture s’allonge d’un demi-million d’euros, et ce n’est peut-être pas fini…

0
579

Hausse du prix des matières premières, dépôt de bilan d’une entreprise de BTP… Le projet de gymnase devient un poids financier de plus en plus important pour la communauté de communes de la Côtière à Montluel (3CM), qui s’est alourdi d’un demi-million d’euros.

C’est un point douloureux que le conseil communautaire a dû traiter durant sa session du 20 janvier. Ne l’est-ce pas toujours quand on parle de dépenses ? Mais, en l’occurrence, le sujet est d’autant plus sensible qu’il concerne un projet lancé en 2019 qui, dans un monde sans crise du covid, devrait être aujourd’hui achevé : le nouveau pôle sportif dans le quartier gare. Avec des travaux ayant débuté en février 2020, très vite, la pandémie a tout stoppé. Mais la crise sanitaire étant doublée d’une crise économique, le secteur du bâtiment subit depuis l’an dernier une hausse des prix des matières premières qui a fait grimper les coûts sur un projet déjà évalué à la base à 7,2 millions d’euros. Cette hausse des prix des matériaux a donc mis à mal les finances des entreprises du BTP. Conséquence sur ce projet : l’entreprise de maçonnerie Ruiz by Rougeot a déposé le bilan en septembre 2021. Si la société trouve un repreneur un nouveau problème s’est ajouté : on constate de graves malfaçons commises avant la reprise de Ruiz, dont certaines posent problème pour la pose de la charpente.
Déjà en mai 2021, la société en charge du bardage métallique, aussi impactée par la hausse des prix des matières premières, avait envoyé un devis représentant le double du prix convenu. Après évaluation, le surcoût total s’élevait à plus de 800.000 euros. “On est tombé par terre”, avoue Philippe Guillot-Vignot, président de la communauté de communes. “On ne peut pas payer ce prix-là. On a vraiment eu peur. Comment on va le finir ce bâtiment ?” Après de longues négociations – “on a vraiment ramé” – la 3CM est parvenue à un compromis et à ramener cette somme à 550.000 euros. En ce soir de conseil, délibération a donc eu lieu pour la signature d’un avenant indispensable à l’avancée du chantier.

“Ce chantier nous coûte vraiment trop cher par rapport à ce qui était prévu”

Pour un coût de 278.120,50 euros, la société Ruiz SAS prendra en charge la reprise de l’ensemble des malfaçons. Les discussions précédant le vote de cet avenant, entrecoupées de moment de silence lourds de sens, amènent à admettre que d’autres affaires de révision de prix risquent d’arriver au moment des aménagements intérieurs, par exemple pour l’installation électrique. “Ce chantier nous coûte vraiment trop cher par rapport à ce qui était prévu”, reconnaît Philippe Guillot-Vignot, qui annonce désormais l’échéance de fin décembre 2022 pour la livraison du gymnase fini. Il faudra également recadrer le Plan Pluriannuel d’Investissements et donc repousser de nombreux projets seront repoussés. Malgré tout, le conseil a voté pour à l’unanimité.         

F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here