Recherche local désespérement

0
376

Le bail avec la 3CM prenant fin le 15 février, les responsables d’Artilab cherchent désespérément un local. Sinon, ce sera la fin d’une belle aventure. Retour sur les événements.


Artilab s’était installé à la pépinière Nov&Co en décembre 2017, trois mois avant que soit véritablement inaugurée la structure en février 2018. Amara Boudib, son fondateur et président, rappelle : “Nous avons été les premiers arrivés et depuis nous avons réalisé beaucoup de choses positives. Ce serait vraiment dommage que, faute de local, Artilab se saborde”.
Le problème majeur, c’est que la 3CM a refusé de reconduire le bail. Amara Boudib poursuit : “Nous avons demandé sans succès un autre local et, actuellement, nous faisons le tour de toutes les communes de la 3CM. Pour le moment sans succès. Nous avons besoin d’un local d’environ 35 à 40m2 pour loger les machines, si nous voulons continuer à exister ! Nous lançons donc un appel aux communes ou aux particuliers qui pourraient mettre à notre disposition un local, avec un loyer modéré”.
Le coût du loyer constitue l’une des principales difficultés. La structure dispose de subventions, mais qui ont été jusque- là fortement impactées par le loyer. Amara précise : “Nous avons réalisé beaucoup de choses. Déjà, nous avons permis l’insertion et la création d’entreprises pour plusieurs personnes qui ont démarré chez nous”. À l’image des ébénistes d’art Sylvestre et Rousselot ou d’Adrien Desrue, qui a lui aussi démarré son activité d’ébéniste à Artilab et est installé maintenant à la frontière suisse. Mais l’activité de la structure se veut aussi d’utilité publique. Marjolaine Grangeon, la secrétaire, explique : “En 2021, malgré la crise sanitaire nous avons pu assurer six ateliers réparathons et depuis octobre, une fois par semaine, nous assurons des ateliers et des sessions pour les enfants. Nous avons à chaque fois environ huit enfants que nous formons au numérique”.
Artilab compte environ 40 adhérents et beaucoup de sympathisants. L’association assure un rôle essentiel dans la réparation et la remise à neuf d’objets qui, autrement, seraient jetés. À l’époque où tout le monde parle la valeur de la seconde main et de l’impact pour la planète, “cela devrait donc peser lourd sur la balance!”  Mais voilà, “il y a souvent loin entre les idées et la réalisation”.
Les responsables doivent avoir un rendez-vous avec la nouvelle responsable de développement économique de la 3CM. Mais ils sont amers et découragés. “Si personne ne nous aide et si on ne trouve pas de local, c’est terminé pour Artilab le 15 février prochain.”

R.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here