Le projet de création d’un parc solaire en bonne voie

0
465
L’ancienne ZAC des Maladières devrait accueillir des panneaux photovoltaïques sur près de 14 hectares

La réhabilitation de l’ancienne ZAC des Maladières en un vaste parc photovoltaïque est désormais en bonne voie à Pont-d’Ain. Les cinq acteurs principaux de ce projet ont co-signé le lancement de ce projet.

Mi-décembre, l’ensemble des acteurs du projet de création d’une ferme solaire à Pont-d’Ain, la Semcoda et sa marque Praila, la municipalité, Valorem et la SEM Léa, se sont réunis pour officialiser le lancement d’un projet solaire de 14 hectares sur l’ancienne ZAC des Maladières. Celui-ci vise à valoriser ce terrain devenu inconstructible en raison des risques d’inondation, par la production d’électricité.
Pour rappel, initialement, le terrain de 14 hectares était voué à la construction d’un quartier de logements porté par la municipalité pondinoise et dont la Semcoda était concessionnaire.
Mais en 2018, une réévaluation de l’aléa inondation a mis fin au dossier. Après avoir envisagé différentes hypothèses, la commune et la Semcoda ont alors choisi de développer sur les terrains concernés, avec Valorem et la SEM Léa, un parc solaire.
Les études techniques lancées l’été dernier ont permis de valider la faisabilité du projet et de définir l’implantation la plus adaptée au site, tout en garantissant sa compatibilité avec l’aléa inondation de la rivière d’Ain. D’une puissance de 12,5 MW, ce parc produirait chaque année environ 15 GWh d’électricité verte. Cela équivaut à environ 66% de l’ensemble des besoins électriques de la commune de Pont-d’Ain.
Le 15 novembre dernier, une levée de fonds a été lancée pour un montant de 50.000 euros avec pour objectif d’accompagner le développement de ce projet et, en particulier, les études techniques et environnementales. “La municipalité de Pont-d’Ain est fière de s’engager dans la transition énergétique de son territoire et nous nous réjouissons que le terrain des Maladières soit réhabilité” a notamment souligné le maire, estimant que cette installation sur le territoire s’inscrit dans un véritable “mouvement national, voire international.”
Il faudra néanmoins encore patienter un peu puisque la demande de permis de construire ne devrait être déposée qu’en début d’année 2023. M.J.J.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here