Jérémy Poret : du jetski à l’aventure du rallye-raid sur le Dakar

0
174

Arrivé en Arabie Saoudite le 29 décembre 2021 avec son copilote et cousin Brice Aloth, le champion de jetski s’est immédiatement mis au travail, à la préparation du prologue le 1er janvier 2022 de ce qui constitue son premier Dakar. Interview d’un champion éclectique, passionné de pilotage, qui avait découvert le rallye-raid avec Brice Aloth sur le rallye d’Andalousie 2021.

Vous êtes arrivés fin décembre en Arabie Saoudite. La voiture était déjà là ?
Oui tout à fait. La voiture est partie par bateau de Marseille le 30 novembre, avec les autres véhicules participant au rallye. D’un point de vue technique, c’est un SSV de marque CAN AM, livré par notre concessionnaire GSP basé à Bordeaux. Elle pèse 900 kg et est bridée à environ 170 CV, comme tous les concurrents de notre catégorie. Par ailleurs, elle n’a plus rien d’origine : elle est entièrement préparée par l’équipe BTR conduite par Stéphane Brune. C’est notre partenaire, LORRTEC, qui s’est chargé du moteur et de l’allumage.

Bénéficiez-vous d’un staff, y compris au niveau mécanique ?
Oui, on est affilié à l’équipe BTR spécialiste du rallye-raid, on bénéficie donc des mécanos de la team et de toute la structure. Il y a de gros besoins logistiques : c’est indispensable d’être bien entouré pour faire un bon Dakar. Dans le futur, j’aimerais bien pouvoir intégrer le staff qui m’accompagne sur le jetski : ils me manquent !

Comment s’est passée la préparation spécifique du pilotage dans les dunes ?
En octobre dernier, Brice et moi sommes allés nous entraîner au Maroc avec l’équipe de David Casteux. On a pu découvrir les dunes et travailler la navigation également. David est un ancien champion moto du Dakar, il est et a été d’une aide précieuse. Il n’est jamais loin de nous sur cette aventure. On lui doit beaucoup.

Avez-vous des ambitions sportives sur ce rallye ?
Notre premier objectif est de finir ce Dakar. Nous sommes très nombreux dans notre catégorie mais j’avoue que notre ambition cachée serait d’arriver à approcher un top 20 pour notre première.

La famille est-elle restée à Beynost ? On dirait qu’il y a un engouement naissant pour le projet en Côtière. Vous le ressentez ?
Oui, nous le ressentons et cela nous fait plaisir, du bien et nous donne l’envie de tout donner. C’est la course la plus dure au monde, nous allons devoir être forts. Nous avons tellement de gens à remercier, de personnes sans qui nous ne serions pas là. La Côtière est notre terre natale et restera notre terre de cœur.
Côté famille, tout le monde est resté à Beynost. C’est une difficulté supplémentaire, mais nos proches sont extraordinaires et nous allons essayer de les rendre fiers.

Un tel projet nécessite un budget important. Comment vous êtes vous organisés ?
Nous avons pris la décision tardivement de participer à cette épreuve et nous devons encore travailler pour boucler le budget qui va être compris entre 100.000 et 200.000 euros. Nous remercions chaleureusement nos sponsors et partenaires BCI, IMAWEB, WOW, ZAPATA RACING, KENNY RACING, GSP 33, BTR, CASTEUX TROPHY et MX LAB.   

B.P.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here