Les pêcheurs souhaitent s’ouvrir aux plus jeunes

0
335
Les étangs sont régulièrement alevinés (archives)

Depuis trente ans, la Société des Pêcheurs Thilois entretient les plans d’eau des anciennes carrières. Un espace naturel que l’association souhaite faire découvrir aux enfants.
Bernard Moulin, son président, détaille les projets de l’association.

C’est en 1991 que la Société des Pêcheurs Thilois a été créée par Joseph Brunel. Un contrat était alors passé entre l’association et la mairie pour transformer les anciennes carrières en espaces naturels.
Aujourd’hui, ces dix hectares sont classés Natura 2000, un lieu vivant qu’entretiennent les pêcheurs, de plus en plus nombreux à adhérer chaque année. À l’origine, l’association était uniquement réservée aux habitants de Thil. Elle s’est ouverte à l’extérieur au fil des années et compte aujourd’hui cent-douze adhérents, dont vingt-six Thilois. Sans oublier la vente de cartes journalières, qui s’élève à cent soixante-dix en 2021.
L’association n’espère pas spécialement attirer plus de pêcheurs, confie Bernard Moulin, président depuis quelques années et membre fondateur, l’un des derniers encore présents avec Hervé Galety.


“On évite la surexploitation”

Les Pêcheurs Thilois réinvestissent chaque année toutes les cotisations dans les alevinages. 1,4 tonne de poissons a été déversée en 2021, avec sandres, brochets, gardons, carpes, auxquels s’ajoutent cinq lâchers de truites annuels. Mais “on évite la surexploitation”, précise le président. Comme de nombreux pêcheurs pratiquent le no-kill, la vie poursuit son cours dans les étangs et les poissons s’y reproduisent naturellement. Même certains qui ne devraient pas être là : il faut parfois déloger des poissons-chats et silures dont on ne sait trop comment ils sont arrivés là.
Mais trente ans après sa création, fête-t-on l’anniversaire de l’association ? Difficile, étant donnée la tournure des choses, déclare Bernard Moulin. Il y a le covid, mais aussi la difficulté pour l’association d’organiser des manifestations.

Trente ans après la création, le “souci majeur, c’est d’étoffer le bureau”


Comme d’autres, “notre souci majeur, c’est d’étoffer le bureau” et aussi de parvenir à mobiliser assez de bénévoles. La société de pêche y parvient au moins une fois par an lors de ses deux journées de nettoyage qui regroupent toujours une trentaine de pêcheurs qui “se sentent concernés pour garder le lieu très propre.”
L’avenir pour cette association, ce sont les plus jeunes : “Cela fait deux, trois ans qu’on aimerait faire quelque chose avec l’école.” Pas uniquement pour de l’initiation à la pêche mais aussi pour partir à la découverte de la faune et la flore locale, alors que nombre de Thilois ne connaissent même pas l’existence de ces étangs sur le territoire de la commune. 

F.D.

Cartes journalières en vente au Vival du village.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here