La nouvelle déchetterie annoncée pour 2026

0
299

Au détour d’un rapport sur le traitement des déchets au niveau de la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau, les élus ont abordé la question du devenir du site anciennement occupé par Philips lors du dernier conseil municipal.


A l’ordre du jour du dernier conseil municipal figurait la présentation du Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public d’élimination des déchets. L’occasion pour la conseillère municipale de l’une des minorités, Nathalie Descours, de s’interroger également sur “la date d’ouverture de la prochaine déchetterie”. Jean-Pierre Gaitet, maire et vice-président en charge des grands projets à la CCMP, entité qui a fait l’acquisition de cet ensemble lors du précédent mandat, apporta des éléments de réponse. “On a eu une présentation du nouveau projet, parce que le projet qui a été étudié la première fois par une société a été épouvantable. On est en train de repartir presque à zéro. Si tout va bien, ce sera en 2026, en fonction de l’évolution du dossier”. Nathalie Descours demandant si une recyclerie était toujours prévue, il fut confirmé que c’était le cas avant d’annoncer, par la voix de Guy Monnin, premier adjoint, les grandes dates à venir : transfert du siège de la CCMP et ouverture maison de service à l’été 2023, transfert des centres techniques municipaux et intercommunaux à l’automne 2024, ouverture de la déchetterie et ressourcerie en 2025 et 2026. Le maire et son premier adjoint soulignèrent que le calendrier sera “beaucoup plus précis au printemps”.
Nathalie Descours a également profité de la présentation pour s’interroger sur la “proportion recyclée” dans le plastique mis au tri, “mais j’imagine que ce ne doit pas être un recyclage à 100 %”. Josiane Bouvier, adjointe et référente chez Organom, syndicat en charge des déchets dans l’Ain, a répondu que “mettre le plastique dans les poubelles jaunes, ce qui sera désormais le cas au 1er janvier, permettra que les flux soient regroupés et ce sera plus facile pour recycler parce qu’il y aura des quantités suffisamment importantes”. Cependant, “tous les plastiques ne pourront pas être recyclés, ils sont tous différents”. D’autres solutions sont envisagées pour ces matières qui, pouvant être brûlées, sont “considérées comme du carburant, c’est du pétrole. Si ces plastiques peuvent être brûlés par des chaufferies, ils sont considérés comme des combustibles à haute valeur calorique et peuvent être utilisés de cette manière. Organom envisage de construire une chaufferie, qui n’a rien à voir avec un incinérateur, qui permettrait de brûler tous ces petits cartons qui restent dans la poubelle, ces plastiques qui ne peuvent pas être recyclés pour en faire de l’énergie”.      K.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here