Escroquerie : tentatives d’arnaque à un million d’euros

0
826

Grosse frayeur pour deux entreprises de la Côtière qui ont cru voir disparaître près d’un million d’euros de leurs comptes bancaires.


Les tentatives d’escroquerie ne visent pas seulement les particuliers. Les comptes bancaires des entreprises suscitent également des convoitises, souvent beaucoup plus rentables pour les escrocs. Ces derniers jours, deux sociétés des alentours de Montluel ont été ciblées. Une PME plus particulièrement a vu s’envoler au cours d’une seule nuit des centaines de milliers d’euros de son compte. Le préjudice aurait pu avoisiner le million d’euros… Mais la banque a pu rapatrier une très grande partie de la somme. Restent encore plusieurs dizaines de milliers d’euros à récupérer. Comment l’argent a-t-il ainsi pu être viré ? L’enquête n’en est qu’à ses débuts.
Toujours est-il que la gendarmerie lance un appel à la vigilance au vu de la multiplication des tentatives d’escroquerie, notamment via internet. Les données des entreprises peuvent valoir de l’or : fichiers clients, appels d’offres, données personnelles des salariés ou des fournisseurs… Autant de portes d’entrée à exploiter pour les malfaiteurs, afin de soutirer de l’argent, et parfois des sommes très importantes extrêmement rapidement. Plusieurs types de manipulation sont assez courants : édition de fausses factures de la part d’un faux fournisseur, usurpation d’identité d’un fournisseur bien réel pour le coup, informant d’un changement de coordonnées bancaires afin d’obtenir les virements qui lui étaient destinés, appel du responsable de l’entreprise qui demande de virer une importante somme d’argent de façon discrète, virements qui apparaissent sur les comptes alors que rien n’a été sollicité…
La gendarmerie invite donc à la plus grande prudence et à communiquer sur les risques liés à la cybersécurité auprès des salariés. Des “cyber-gendarmes” sont également en mesure d’effectuer des diagnostics auprès des sociétés afin d’identifier d’éventuelles failles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here