À peine installé, déjà carbonisé…

0
779

Le gang des réfractaires aux radars continue de sévir sur le secteur. À peine installé à Ambronay, un radar dit “de chantier” a été incendié.


On pourrait presque dire qu’ils ne font pas long feu, même si le ton n’est plus vraiment à l’humour parmi les autorités. Car c’est une véritable hécatombe depuis quelques semaines sur notre territoire. De la Côtière au Bugey, les radars automatiques, qu’ils se présentent sous la forme de radars de chantiers ou de radars tourelles, sont systématiquement endommagés, dégradés ou taggés, voire désormais, le plus souvent, incendiés. Ce fut encore le cas à Ambronay, à hauteur du hameau de Coutelieu sur la route de Pont-d’Ain à la sortie d’Ambérieu, au cours de la nuit de samedi à dimanche.
Il était environ une heure du matin lorsque les pompiers ont été alertés de son embrasement, provoqué, comme presque toujours, à l’aide de pneus posés contre la cabine. Le dispositif avait été positionné seulement deux jours plus tôt… Pour rappel cependant, un certain nombre de ces dispositifs sont des leurres, non équipés d’un appareillage fonctionnel. On n’en saura pas plus au sujet de celui-là, dont la cabine est de toute façon inopérationnelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here