Les études sont en cours pour l’implantation d’une centrale photovoltaïque sur 14 hectares

0
740
Faute de pouvoir aménager des bâtiments et logements en raison de l’exposition aux inondations, c’est une vaste centrale photovoltaïque qui pourrait voir le jour dans la zone des Maladières

Initialement destinés à accueillir un vaste projet urbanistique, les terrains de la zone des Maladières sur la commune de Pont-d’Ain ont finalement été déclassés car trop exposés aux inondations. A défaut d’habitations, c’est donc un vaste projet de centrale photovoltaïques qui serait susceptible de voir le jour ici.

La zone des Maladières regroupe les terrains situés derrière le magasin Super U. Un territoire qui a suscité bien des convoitises, la ville ayant envisagé de construire ici près de 500 logements, un nouveau groupe scolaire et une nouvelle salle des fêtes. Mais ce projet porté par la municipalité de Pont-d’Ain et la SEMCODA s’est heurté à des contraintes de prévention des risques et n’aboutira jamais, puisque le terrain est potentiellement exposé aux crues, si bien que les services de l’État ont bloqué toute perspective d’urbanisme. Pour rappel, c’est en 2018 que la Société d’Économie Mixte de construction du département de l’Ain (SEMCODA) avait fait l’acquisition de ces terrains aux Maladières, à l’extrémité sud de la commune, avec l’idée d’en faire une ZAC. Mais c’est la révision du plan de prévention des risques inondation (PPRI) qui a classé cette zone comme inondable, mettant fin subitement aux études déjà lancées. D’un commun accord, la ville et la SEMCODA ont donc cherché une nouvelle vocation pour ce vaste terrain et l’idée a fait son chemin de créer une “ferme” photovoltaïque. Après plusieurs réunions de travail organisées avec le SIEA (syndicat intercommunal d’Energie et de e-communication de l’Ain), le projet est apparu comme viable et les études préliminaires ont été engagées avec l’objectif, désormais, de créer cette centrale photovoltaïque à l’horizon 2024.
C’est la société Valorem, opérateur spécialisé en énergies renouvelables qui a été retenue pour la mise en œuvre de ce projet. L’étude qui doit durer douze mois, a été initiée en juillet 2021 et la société Valorem a lancé parallèlement une recherche de financement participatif pour lever une partie des fonds nécessaires aux études techniques et environnementales avec comme objectif de récolter 50.000 euros.
La puissance totale envisagée pour ce vaste parc est de 12,5 MW, ce qui pourrait permettre, à terme, chaque année de produire environ 15 GWh d’électricité verte, soit couvrir la consommation électrique annuelle de près de 3.200 foyers. M.J.J.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here