Voitures brûlées : “La première prévention, c’est la sanction !”

0
635
Pour Jean-Alex Pelletier, la délinquance est montée d’un cran en deux ans sur la ville

Depuis ces dernières semaines, il est constaté une montée en puissance du nombre de véhicules incendiés sur le territoire communal de Meximieux suscitant l’exaspération de bon nombre d’habitants. Face à ces actes répétés de délinquance, l’adjoint à la sécurité Jean-Alex Pelletier annonce l’arrivée de renforts de gendarmerie.

La délinquance à Meximieux prend une tournure inquiétante ces derniers temps. Que peut faire la municipalité et quels sont ses moyens d’action ?
Les moyens, c’est le domaine régalien de l’État mais on peut les accompagner. Pour arriver à suivre les délinquants, un plan caméra est en cours de déploiement. Le marché d’appel d’offres vient d’être attribué. C’est un dossier de 600.000 euros long à mettre en place.

Concrètement, comment se matérialise ce plan caméra ?
C’est une centaine de points de vision répartis sur toute la ville. Certaines caméras pourront disposer de quatre points de vision. Ce plan caméra est adapté pour la vraie délinquance. Car, sur la ville, on est convaincu avec les forces de l’ordre qu’il s’agit de jeunes de Meximieux qui se vengent de pas grand-chose… C’est la petite dizaine que l’on connaît qui font des allers – retours en prison. J’ai l’impression que les 14 – 15 ans qui brûlaient les poubelles il y a deux ans sont passés aujourd’hui au stade à incendier des voitures.

Selon vous, la police municipale en place est-elle aujourd’hui suffisante et ses horaires sont-ils adaptés ?
Non, elle n’est pas encore suffisante et on est en cours de recrutement pour passer de trois à quatre policiers. L’objectif est d’en avoir cinq avant la fin du mandat afin d’envisager la mise en place de deux équipes avec des horaires décalés. Recruter un policier est compliqué sur notre territoire où il y a 4.000 postes vacants. Pour être attractif, il faut leur donner des moyens, c’est-à-dire avoir des caméras comme on le fait mais aussi des locaux décents. C’est pourquoi, notre police municipale intégrera bientôt le bâtiment en face de la mairie pour une meilleure proximité et visibilité.

La police meximiarde est-elle armée pour se défendre ?
Pas encore. Mais c’est prévu au budget et, d’ici peu, elle le sera. Nos policiers sont équipés de tout le matériel nécessaire pour leur sécurité sauf l’arme létale, à savoir des gilets par balle, du gaz de haut niveau, des bâtons… Il ne faut plus que ce soit les policiers qui aient peur.

Et une caméra portative ?
On n’en a pas encore parlé.

Que pensez-vous de l’instauration d’un couvre-feu pour les mineurs ?
Cela pourrait être envisageable au moins pendant la période estivale. L’idée n’est pas d’interdire aux jeunes de sortir mais de ne pas laisser se former des regroupements nocturnes afin de limiter les nuisances.

Tous les délits sont-ils suivis de dépôts de plainte par la mairie ?
Oui et systématiquement. Cela me prend d’ailleurs beaucoup de temps… Même si le dépôt de plainte en ligne facilite bien les choses aujourd’hui.

Rassurez-nous, Meximieux n’est pas devenu Chicago ?
Non. Par exemple, on a beaucoup moins de cambriolages que dans les communes des alentours. On sait très bien qu’il y a de la drogue qui tourne mais on n’a pas de points de deal clairement identifiés sur la ville. Je tiens à le redire haut et fort : la première prévention, c’est la sanction ! Ils (les jeunes) se marrent tous, il n’y a aucune impunité… Cela suffit. Il faut que les peines soient appliquées. Il est temps que l’État serre la vis car là, ce n’est plus possible…

L’opposition tire la sonnette d’alarme

Joint par téléphone, le chef de file de l’opposition municipale Mohammed El Maroudi ne cache pas son inquiétude quand aux problèmes récurrents de délinquance dans la ville. “Tant qu’il n’y aura pas de structures spécialisées à Meximieux pour aider ces jeunes à construire des projets personnels et professionnels, la délinquance continuera” affirme-t-il. Et d’ajouter : “Après autant de rappels et d’interpellations de notre part, je pense que la mairie commence à prendre la situation au pied. Nous, cela fait un moment que l’on dit que ce problème prend une tournure dangereuse. OK, il y a avoir des caméras et nous y sommes très favorables mais ce ne sont pas que les caméras qui vont régler le problème. Ce qui va régler le problème, c’est premièrement de la prévention avec des maisons des jeunes et, deuxièmement, de la répression avec des moyens humains et matériels pour la police municipale. Les chiffres des voitures brûlées ne baissent pas mais ils augmentent. Il y a aussi les problèmes de rodéos, les caillassages… On a des remontées sur le terrain et cela gronde de plus en plus !”

T.G.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here