Après la Covid, Lilo n’a pas bu la tasse

0
209

Dix ans après son ouverture, l’espace aquatique de la Côtière Lilo a vécu ses plus grosses fermetures ces deux dernières années. L’année 2020 n’a toutefois pas été si chaotique. Reste à savoir ce qu’il en sera pour 2021.

En ce mois de novembre, Lilo fête ses dix ans d’existence. Pour l’occasion, le 4 décembre, l’espace aquatique sera transformé en cinéma, les spectateurs du jour seront installés dans l’un des soixante-dix bateaux pour visionner leur film sur l’eau. Un moment convivial qui permettra peut-être d’oublier les derniers mois, assez chaotiques pour l’établissement. C’est ce qui est ressorti du rapport d’activités 2020 présenté par le directeur des lieux, Christophe Brossier, au propriétaire du site, la communauté de communes de Miribel et du Plateau. Avec six mois de fermeture du 15 mars au 15 juillet 2020 et sur la fin de l’année avec le reconfinement, la fréquentation a été divisée par deux. Les années fastes semblent bien loin. Pourtant, en 2020, Lilo a pu compter sur ses fidèles, et, dès la réouverture au 15 juillet, les amateurs de baignade étaient au rendez-vous et même plus nombreux que l’année précédente si l’on prend en compte la période de mi-juillet et d’août. Mais, après un assez bon redémarrage en septembre, le reconfinement d’octobre est venu doucher tous les espoirs. En chiffres, cela se traduit avec un chiffre d’affaires réduit de moitié. Il passe de 1,14 million d’euros en 2019 à 566.899 euros en 2020. Pour autant, le “quoi qu’il en coûte” mis en place par l’Etat, et notamment le chômage partiel, a permis de limiter la casse. À la fin 2020, le résultat consolidé est négatif certes, mais de 120.814 euros. Autant dire que les meubles ont été sauvés. La fermeture de fin d’année a par ailleurs permis de réaliser quelques travaux, notamment pour régler des malfaçons sur le carrelage des vestiaires et autour des bassins.Qu’en sera-t-il pour l’année 2021 ? Christophe Brossier n’a soufflé aucun indice sur le sujet. Quelques éléments factuels sont néanmoins disponibles : les bassins n’ont rouvert à tous que l’été revenu, avec des jauges. Un été qui, contrairement à la caniculaire année 2020, s’est montré particulièrement frisquet. Avec une fréquentation en berne. Par ailleurs, 2021 verra aussi l’impact direct sur les finances des 70.235 euros d’avoirs offerts aux abonnés en compensation de la fermeture de 2020, à utiliser d’ici le 31 décembre. Ce qui représente, au moins partiellement, le même manque à gagner pour 2021. Si les abonnés commencent à faire leur retour, le bilan financier risque d’être beaucoup plus lourd à porter…   C.B.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here