BCM : une véritable “success story” industrielle et familiale

0
1348
Les édiles ont salué l’esprit d’anticipation des dirigeants de BCM

Jean Deguerry président du conseil départemental de l’Ain accompagné d’Aurélie Petit et Joël Brunet, conseillers départementaux, et du député Damien Abad auxquels s’étaient joints Gilbert Bouchon et Lionel Manos, ont effectué une visite de la Société BCM, installée dans la ZA Moulin à Papier à Saint-Rambert-en-Bugey. Une visite qui permettait de mettre en lumière la réussite d’une entreprise familiale industrielle 100% “Made in Ain”.

Ces visites d’entreprises ont lieu dans chaque canton du département. Elles sont essentielles pour nos décisions futures, et il nous faut être au plus près du terrain” a expliqué Jean Deguerry, le président du conseil départemental en déplacement dernièrement à Saint-Rambert-en-Bugey pour visiter les locaux de BCM.
Une entreprise locale qui est le symbole fort d’une véritable “success story” et qui prouve que même en milieu rural, tout est possible. Ce succès, on le doit au flair de Sébastien Buathier, PDG de l’entreprise, mais pas uniquement car la belle histoire de BCM c’est aussi celui d’une histoire familiale. Cette société fut en effet fondée en 1991 par la mère de ce dernier. Mais l’activité se limitait alors à des travaux de sous-traitance pour le compte de l’entreprise voisine Seiller. Sébastien Buathier va racheter la société à sa mère en 2005. Il est l’heure de trouver de nouveaux débouchés. Il met en place un bureau d’études et diversifie ses activités grâce à son savoir-faire dans l’usinage de précision et en exploitant l’ensemble du secteur de la métallerie au service de différents secteurs. Pour développer l’ensemble du spectre qu’offre le domaine de la métallerie, il décidera plus tard de créer un groupe familial : “Global Metal Works”. Ce groupe réunit un ensemble de savoir-faire de cinq sociétés : BCM Métallerie, (entreprise mère et fondatrice, spécialiste dans la co-conception de produits finis et semi-finis métalliques), Defiluxe (spécialiste dans la co-conception et la fabrication de pièces métalliques pour les secteurs du luxe), Kango (spécialiste dans les domaines du vernissage, sablage, grenaillage, et polissage), SNTS (spécialiste de la galvanoplastie) et Floriance (spécialiste dans le domaine de la joaillerie). Grâce à des machines de haute technologie (robots de soudure, combiné de poinçonnage laser, commande numérique, centre d’assemblage combiné par ordinateur…) l’entreprise a la capacité de répondre à des besoins très spécifiques et pointus sur son marché. Elle travaille aussi bien pour des grands groupes industriels, que pour des PME, ou des entreprises familiales de taille intermédiaire.
Avec une politique d’investissements qui lui a permis d’anticiper l’avenir, et une réorganisation de l’entreprise, BCM métallerie se positionne aujourd’hui dans des domaines de plus en plus diversifiés tels que l’industrie, le bâtiment, l’énergie, le mobilier urbain avec sa marque “Jardesign” et l’aménagement extérieur des particuliers avec sa marque “Artisan Clôture”. “Mais, ses performances, BCM les doit largement à ses équipes” précise bien Adrien Sauvé, responsable commercial, et qui assurait ce jour-là l’organisation de la visite. “L’entreprise partage une véritable culture d’équipe dans un esprit de famille et les collaborateurs sont très impliqués dans tous le process de fabrication”. Pour cela, BCM s’appuie sur un management atypique reposant sur “la confiance en l’homme”. L’entreprise s’efforce de donner à chacun la possibilité d’évoluer et de découvrir un large panel des métiers de l’industrie. Elle a décidé de rejoindre le projet VTE (Volontariat Territorial en Entreprise) qui vise à inciter les alternants et les jeunes diplômés d’établissements supérieurs à s’orienter vers des PME et des ETI, qui jalonnent le territoire et elle applique une charte pour les recrutements effectués auprès des jeunes. Enfin BCM fait partie de la communauté “FrenchFab” initiée en 2017 par Bruno Lemaire, alors ministre de l’Économie, qui incarne les entreprises, acteurs économiques, institutions et sites industriels situés en France qui se reconnaissent dans la volonté de développer l’industrie française.
Jean Déguerry, saluant ce parcours, a conclu cette visite en rappelant que l’Ain est toujours proportionnellement le département le plus industrialisé de France et qu’ici, le plein emploi est presque atteint. Mais malheureusement, le manque de main-d’œuvre est toujours pénalisant dans certains secteurs, un phénomène dû à l’inadéquation entre le système de formation et les demandes réelles des entreprises.

GC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here