Il crée une brasserie artisanale

0
1068

Stéphane Gaillard a ouvert la brasserie artisanale la Corneille, qu’il a inaugurée le samedi 30 octobre.

À 47 ans, Stéphane Gaillard a opéré une complète reconversion. Cet ancien responsable logistique a créé une brasserie artisanale, au coeur du village, dans l’impasse des grandes Rayes, à côté de son domicile. Celle-ci a été baptisée La Corneille, “en référence à saint Corneille patron de Pizay.” Lui qui rêvait d’être cuisinier se rapproche ainsi de ses premières amours. “Avec une brasserie, on a la possibilité de créer des saveurs. C’est moi qui ai concocté les recettes de toutes les bières que je vends”. Pour fabriquer la bière il faut “de l’eau, du malt, du houblon, – soit en cône, soit en pellet – de la levure, du sucre. En fonction de ce que je veux créer, j’ajoute des épices, écorces d’orange, coriandre, cannelle, ou de la fleur d’hibiscus”. Stéphane Gaillard travaille tout seul, avec l’aide occasionnelle de ses fils “Je travaille artisanalement et tout le processus est naturel, sans aucun ajout de CO2. Je peux brasser 300 litres en moyenne. Du début du processus à la vente, il y a un mois de délai”. Après cela, la bière continue à s’affiner.
Pour le moment, le catalogue du brasseur local comporte cinq bières, conditionnées en bouteilles de 33 ou 75 cl : blanche “excellente pour l’été”, blonde, ambrée, brune et IPA (Indian Pale Ale) créée au départ pour les colons anglais des Indes. S’ajoutent à cela les “bières éphémères”, par exemple, la bière aux fleurs d’hibiscus créée pour l’inauguration et une bière de Noël en préparation… “J’espère en sortir une nouvelle tous les deux mois”.
Le Pizoland s’est équipé en conséquence, avec le chai de cuves, la salle de garde et un espace accueil et dégustation chaleureux pour la clientèle. Il précise : “J’ai déposé mon dossier en septembre, j’ai eu le feu vert des douanes et l’autorisation de la mairie. J’ai une petite licence, je peux faire des dégustations et de la vente à emporter, mais je ne suis pas un bar”. Pour la distribution, il vise uniquement le local : “C’est une bière artisanale qui est faite pour la clientèle locale, je n’ai pas envie de l’exporter au loin ! J’ai déjà démarché des épiceries et des marchés de producteurs et je compte faire les marchés de Noël. À Pizay, par exemple, elle sera distribuée au fournil de Lya. Je compte aussi beaucoup sur le bouche-à-oreille et sur la vente sur place.” Quant à l’investissement financier, Stéphane a tenu à s’autofinancer : “Cela m’a coûté environ 35.000 euros, je n’ai demandé aucune subvention. Pour moi, c’était un vrai challenge et le début d’une belle aventure”.     

R.P.
Contact : 38, impasse des grandes Rayes. Tel : 07.82.90.26.45 –
e. mail : contact@brasserielacorneille.fr –
site : brasserielacorneille.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here