Une police municipale à la pointe de la technologie

0
368
Les contrôles des poids lourds font partie des priorités.


Nouveaux locaux, nouveau véhicule, caméras piétons, armement, la police municipale beynolane dispose d’outils performants pour mener à bien sa mission.


C’est une police municipale parmi les plus équipées du territoire qui officie à Beynost. Dirigée par Adrien Giroud, elle compte cinq agents – lui-même, trois policiers dont un en arrêt maladie, et un ASVP (agent de surveillance de la voie publique). Ces derniers mois, la municipalité a mis un point d’honneur à renforcer les outils de ses agents.
Début octobre, la police municipale a quitté la villa Monderoux pour ses nouveaux locaux de la rue du Midi. C’est là que se fait désormais l’accueil du public – sur rendez-vous. Mais les policiers beynolans bénéficient également de bureaux, de vestiaires séparés, d’une salle de repos… sur une surface d’environ 100m2. Le centre de supervision urbain de la commune est aussi installé sur place et permet de visionner les images des 52 caméras du territoire, soit près de 90 points de vue.
La police municipale locale a également été dotée d’un nouveau véhicule – un C5 aircross hybride – et de caméras piétons, pour filmer les interventions notamment en cas de situation délicate. Enfin, le port d’armes à feu vient compléter l’arsenal, les personnels qui ne disposaient pas encore de l’agrément ayant réussi leur formation. Ainsi, ils peuvent être complètement armés et utiliser un pistolet semi-automatique en plus du bâton téléscopique et de la gazeuse.
Tout cela s’ajoute aux VTT, testés cet été, pour les patrouilles, et qui ont fait leur preuve de l’avis d’Adrien Giroud : “On voit et on entend beaucoup plus de choses, on accès à des endroits où l’on ne peut pas aller en véhicule.”
Avec une amplitude de 7h30 à 19h30, la police municipale de Beynost intervient également sur Thil, par le biais d’une convention. Des horaires qui ne sont pas figés, puisque lors d’événements spécifiques, elle peut être amenée à être présente en soirée.
Pour Caroline Terrier, maire de la commune, la priorité actuelle en terme de sécurité va au respect de l’interdiction de circulation des poids lourds sur la D1084. “Beaucoup passent chez nous pour aller sur la Boisse par exemple, pour éviter le péage. Mais ils n’y sont pas autorisés. Les contrôles seront renforcés.” Déjà, l’un d’entre eux a permis de sanctionner quatre camions en une demi-heure seulement. 

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here