Une rénovation ambitieuse pour l’Institution Joséphine Guillon

0
392
L’inauguration s’est déroulée il y a quelques jours après deux ans de travaux

Durant deux années, les résidences du Cèdre et du Coteau ont fait l’objet d’une rénovation dont le coût est d’environ un million d’euros. Un programme qui a pu être plus ambitieux, grâce aux appuis de la CCMP, mais aussi des caisses de retraite.


L’inauguration de la livraison des travaux des résidences autonomie du Cèdre et du Coteau, au sein de l’Institution Joséphine Guillon, a permis de mettre en avant les acteurs et le programme porté.
Alors que le Cèdre était auparavant “une passoire thermique” précise Gilbert Guderzo, président de l’Institution, désormais les locaux sont en conformité avec la norme R.T 2012. Amélioration qui réduit la facture d’énergie et contribue au respect des enjeux environnementaux. Le remplacement de l’isolation, des réseaux chauffage et de l’eau chaude sanitaire et l’installation de panneaux photovoltaïques complètent ces efforts. À noter, un projet de récupération et stockage des eaux de pluie pour l’arrosage des espaces verts. Le restaurant a vu sa surface doubler et les salons ont été équipés pour favoriser les activités : un coin cuisine donnant naissance à des ateliers cuisines, un grand écran dans une seconde salle pour projeter des films et un piano dans l’espace salon. Un accueil a également été créé à l’entrée de l’établissement. Au Coteau, l’accessibilité des douches dans les salles de bains a été améliorée. “Les résidents n’ont plus besoin de faire de l’escalade pour prendre une douche !” Outre la prévention du risque de chute, le résultat permet d’offrir “un bon niveau de prestation aux résidents”. Au total, tout cela représente une dépense de 953.953 euros.
Réalisée de 2019 à 2021, cette opération a nécessité de trouver des financements “pour éviter à tout impact sur le loyer des résidents”. Gilbert Guderzo salua en ce sens la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau qui a décidé d’apporter une contribution de 200.000 euros au projet “avant même que ses contours soient complètement définis”. Les caisses de retraite sont intervenues et “nous ont même invités à aller au-delà de la rénovation des locaux communs afin d’intégrer celle des salles de bain du Coteau, dernière tranche qui n’était pas prévue au départ”. Ainsi des remerciements chaleureux concernèrent le CARSAT, caisse de retraite de base du régime salarié, et l’AGIRC – ARRCO qui regroupe les caisses de retraite complémentaire ; des entités qui “ont apporté plus qu’un soutien puisqu’elles ont été motrices dans le choix du programme à réaliser”.
   

    K.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here