Pour limiter les coûts, les collectes d’ordures ménagères seront bientôt moins nombreuses dans la Communauté de communes de la Plaine de l’Ain

2
2939

Le coût généré par la collecte des ordures ménagères est-il un puits sans fond ? Le sujet continue en tout cas d’alimenter les débats au sein de l’intercommunalité de la Plaine de l’Ain. Pour freiner les dépenses, le nombre de collectes sera donc drastiquement réduit en 2022. Les habitants des communes de moins de 2.000 habitants devront se contenter d’une collecte toutes les deux semaines, alors que dans les centres-villes d’Ambérieu, Lagnieu, Meximieux, et Ambronay, il n’y aura plus qu’un ramassage hebdomadaire contre deux aujourd’hui.


La maîtrise du coût de la gestion des ordures ménagères est souvent un véritable casse-tête pour les collectivités qui assurent cette compétence. Au fil des années, la Communauté de communes de la Plaine de l’Ain (CCPA) septième plus importante de France avec son regroupement de 53 communes, a ainsi vu les dépenses liées aux ordures ménagères, s’envoler. Alors que ce service est supposé s’autofinancer grâce notamment aux impôts prélevés sur les ménages, il ne parvient pas à s’équilibrer et doit être comblé par le budget général de la collectivité. Cela représente ainsi près de 1,2 million d’euros supplémentaires sur le budget 2021. Mais la situation pourrait encore s’aggraver en raison notamment d’une hausse des taxes prévue dans la nouvelle loi de finances. La Communauté de communes estime que cela pourrait engendrer un nouveau surcoût de 1,4 million d’euros par an, soit environ 18 euros supplémentaires à prélever dans la poche de chaque habitant d’ici les trois prochaines années. Quelles solutions alors ? Les élus intercommunaux ont de nouveau planché là dessus. Puisqu’il n’est pas vraiment possible de réduire la quantité de déchets en amont, ils ont souhaité limiter tant que possible les dépenses superflues liées au fonctionnement de la collecte. Plusieurs expertises ont donc été réalisées, notamment une analyse pointue des tournées (sacs jaunes et ordures ménagères classiques) afin d’optimiser les déplacements des véhicules de collecte et manœuvres inutiles. Pour les déchets recyclables, ils se sont aussi penchés sur le coût de fourniture de sacs jaunes à la population : à la louche 160.000 euros par an incluant l’achat des sacs et leur traitement. Il est apparu qu’une dotation en bacs de l’ensemble du territoire représenterait un investissement global de 1,09 million d’euros, ce qui représenterait un coût annuel de 155.000 euros avec un amortissement prévu sur 7 ans.
En moyenne, les habitants ne sortent leur bac qu’une semaine sur trois
Mais surtout, l’expertise a permis de constater que le nombre de levées des ordures ménagères résiduelles ne correspondait pas vraiment à la nécessité de la très grande majorité des foyers. En moyenne, les habitants ne sortent leur bac qu’une semaine sur trois, alors que le service est proposé toutes les semaines. Sur les communes de moins de 2.000 habitants du territoire, 80 % des foyers ne sortent même leur bac que toutes les deux semaines ou moins ! (toutes les 3 à 4 semaines). Un constat identique a été réalisé dans les lotissements des communes de plus de 2.000 habitants ainsi que dans les centres-villes d’Ambronay, Ambérieu-en-Bugey, Lagnieu et Meximieux, aujourd’hui collectés deux fois par semaine. On constate ici que seulement des 13 % des ménages sortent effectivement leur bac deux fois par semaine. Afin de réaliser des économies tout en impactant le moins possible les habitudes des habitants, il a donc été décidé d’opter pour une réduction de la fréquence de ramassage des ordures ménagères classiques, en passant à une collecte toutes les deux semaines sur toutes les communes de moins de 2.000 habitants et à une collecte par semaine pour les quatre centres-villes cités précédemment. Ces changements devraient intervenir en 2022 et chaque foyer concerné sera avisé personnellement des nouveaux plannings.

G. R.

2 Commentaires

  1. poubelles recyclage
    Et NON pas d’accord avec les élus  » Les élus intercommunaux ont de nouveau planché là dessus. Puisqu’il n’est pas vraiment possible de réduire la quantité de déchets en amont… » d’après votre article.

    En 2019, d’après l’European Federation of Bottled Waters (EFBW), les Français ont consommé 8,87 milliards de litres d’eau provenant de bouteilles en plastique, soit 132,8 litres par habitant.
    Soit environ 100 bouteilles /an et par habitant ou encore pour notre comcom 75 875 habitants X 100 = 7 587 500 bouteilles plastique recyclées à 57% taux moyen français et que le poids moyen d’une bouteille c’est environ 24gr la masse de plastique recyclée voisine les 104 tonnes et 78 tonnes mis en décharge ou perdues dans la nature.
    Une récente directive européenne sur les plastiques à usage unique impose un taux de collecte des bouteilles en plastique de 75% en 2025 au plus tard, et de 90% en 2029. La France est donc encore loin de l’objectif avec 57% de recyclage!
    AGIR A LA SOURCE est FONDAMENTAL en dissuadant les consommateurs d’acheter ce produit en améliorant la qualité de l’eau du robinet ( 10.2% des communes ont une teneur en nitrates non conforme et 6.6% teneur en pesticides non conforme) et en mettant en place la consigne des bouteilles. Si le taux de collecte en France n’est pas satisfaisant en 2022, le gouvernement souhaite mettre en place une consigne pour les bouteilles en plastique. En 2023, les Français pourraient payer leur bouteille entre 10 et 15 centimes de plus qu’aujourd’hui, une somme qu’ils récupéreront en rapportant la bouteille en magasin.
    SUPPRIMER LES SACS JAUNES SOURCE DE POLLUTION ET DE GASPILLAGE EN METTANT A DISPOSITION DES BACS DÉDIÉS EST INDISPENSABLE ET ÉCONOMIQUEMENT RENTABLE…

  2. Bonjour,
    A la lecture de cet article, je suis révolté
    ! Comment a été réalisée cette enquête, oser penser un ramassage des ordure ménagères une fois tous les 15 jours et encore pire tous les 3 semaines, je ne pense pas que ces personnes sortent les conteners eux même. Comment faire au printemps? en été ? Avec l chaleur,les odeurs, de vrai problèmes d’hygiène. Adresser un courrier à chaque habitant pour avoir la réalité du terrain.
    Merci de me lire. Respectueusement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here