Dagneux, capitale de la Francophonie

0
275

Sous l’égide du président de la Fédération des Anciens Maires et Adjoints de France, Bernard Lobietti, et de Jacques Godfrain, président d’honneur, la Famaf a organisé les rencontres de la Francophonie à l’espace des Bâtonnes, avec une pléiade d’invités prestigieux, qui tous, à leur manière, ont célébré la valeur et la beauté de la langue française.

« Ma patrie c’est la langue française” disait Albert Camus. Le 12 et 13 octobre, la patrie de Camus a eu Dagneux pour capitale Après l’accueil chaleureux des participants par Carine Couturier, maire de Dagneux, c’est devant un public d’environ 120 personnes que les intervenants se sont succédé. a Aujourd’hui, 300 millions de personnes composent la Francophonie et le Français est utilisé dans 90 pays membres de l’ONU. Paul de Sinety, délégué général de la langue française et aux langues de France a rappelé. “C’est un enjeu important de veiller à l’emploi et à l’enrichissement de notre langue. Cette langue qui nous réunit a été le vecteur de la République”. Il a annoncé la création de la future cité internationale de la langue française au château de Villers Cotterêts.
Jacques Blanc, premier président des régions d’Europe et membre d’honneur de la Famaf, a rappelé “le rôle de la Francophonie au sein de l’Europe” et appelé à la mobilisation “pour que le français reste une langue officielle des instances européennes.” Il a d’ailleurs rappelé que le français était la première langue utilisée par les Jeux Olympiques, en l’honneur de Pierre de Coubertin.
Christian Philip recteur honoraire et co-président des maisons des francophonies a expliqué leur importance primordiale et a évoqué avec Philippe Guillot-Vignot la piste d’une possible maison des francophonies à Montluel.
Enfin, une surprise inattendue a été offerte à l’assemblée par la voix de Karine Claireaux, présidente de l’ADAMA de Saint Pierre et Miquelon. Maire de Saint-Pierre de 2001 à 2020 et sénatrice de 2011 à 2017, dans un vibrant plaidoyer, elle a vanté les beautés de son archipel. Elle a rappelé l’attachement viscéral des iliens à la France depuis 1535 et sa découverte par Jacques Cartier, ils se sont toujours battus pour rester Français. Elle a reçu des mains de Bernard Lobietti la médaille d’honneur de la Famaf.   

 R.P.


Bernard Lobietti reçoit les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur


La salle comble était comble, avec la présence de très nombreux élus qui s’étaient réunis aux Bâtonnes pour cette remise de médaille. Jacques Godfrain a évoqué les nombreuses fonctions professionnelles, municipales et associatives qui ont émaillé la vie de Bernard Lobietti “avec une seule ambition : être au service des autres”. Il a aussi rappelé l’attachement de Bernard Lobietti à sa région de la Côtière, sa ville de Dagneux et à sa famille et, après avoir loué “l’excellence et l’exemplarité du récipiendaire” a conclu : “C’est un grand jour pour nous tous”. Durant son discours, Bernard Lobietti a remercié tous ceux qui l’ont aidé, tout au long de sa vie. Il a redit son émotion de recevoir cette distinction. Il a notamment rendu deux hommages très émouvants, d’abord envers ses parents : “J’ai été élevé par une famille aimante qui m’a enseigné la liberté d’entreprendre tout en respectant les autres, et en ayant le sens du travail. Avoir une enfance heureuse c’est un élément fort pour se forger une personnalité”. Le deuxième hommage a été adressé à Jeannette son épouse : “Elle m’a toujours aidé et soutenu et elle mérite amplement de partager cette décoration”.
Quant à la préfète, Catherine Sarlandie de la Robertie, elle a évoqué “un parcours glorieux, des actions qui forcent le respect… Vous avez marqué le territoire de votre empreinte durant 53 ans et vous êtes un ambassadeur des valeurs républicaines ; c’est un symbole fort et fédérateur dans un monde en perte de repères. C’est la République qui vous récompense”.     

 R.P

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here