Quel avenir pour le studio photo?

0
934
Un bail précaire a été proposé à la commerçante, qui souhaite un bail commercial

Le torchon brûle entre Cillia Ciabrini, gérante du Studio Magnolia, situé dans la Grande rue, et la mairie. La première, qui cherche un nouveau local, attaque une décision prise pour éviter de payer une indemnité d’éviction et permettre de démolir les bâtiments, le maire oppose, lui, des difficultés de paiement et la proposition d’un bail dérogatoire resté sans réponse.

Le commerce de Cillia Ciabrini, à savoir le Studio Magnolia situé dans l’îlot Saint Romain, s’apprête à fermer ses portes, alors que sa gérante cherche “de façon urgente un local professionnel ou un appartement avec accès indépendant” afin d’y déplacer son activité. Sur les réseaux sociaux, l’intéressée met en cause la mairie qui “a décidé de ne pas reconduire mon bail et je dois fermer à la fin du mois, comme j’ai été prévenue que le 17 septembre c’est un peu léger en délais”.

Plus de 200 signatures sur une pétition

Une pétition, qui a recueilli 201 signatures au 18 octobre, a même été mise en ligne. L’affaire prend un tournant politique alors que Cillia Cibriani ajoute qu’ “ils”, semble-t-il les élus, lui ont dit qu’un “photographe n’est pas un commerce et c’est inutile” et que cette décision leur éviterait “de payer une indemnité d’éviction plus tard”, associant cette décision au projet “d’écrouler toute la Grande rue de la pharmacie à la boulangerie”.
Imaginer qu’une récupération politique s’apprécie autour de cette affaire ferait pousser des cris d’orfraie mais l’on remarquera que Patrick Guinet, ancien adjoint à l’urbanisme, dénonce une “décision désolante” qui “ne s’appuie sur aucun projet officiel”, Sylvie Viricel, maire jusqu’en 2020, estime cela “scandaleux” et Marie-Chantal Jolivet, ancienne adjointe aux affaires sociales et candidate aux élections départementales, qualifie cela de “grand n’importe quoi !
Les habitants réagissent eux avec véhémence face à ces déclarations, un commentaire estimant “honteux” cet état de fait.       

K.P.

Jean-Pierre Gaitet, maire :
“On a proposé un bail dérogatoire”

La mairie a-t-elle refusé de proposer un bail à Cillia Cibriani pour son activité?
Il n’y a pas eu de refus de bail, on a juste proposé un bail dérogatoire, en attente d’un éventuel bail commercial. Or elle a refusé de signer le bail dérogatoire qu’on lui proposait. Elle a aussi refusé le règlement de copropriété. En fait, elle n’a jamais refusé, mais elle n’a jamais répondu à nos demandes.

C’est-à-dire ?
On a envoyé deux courriers. Le premier le 24 mai, puis il y a eu plusieurs rencontres et échanges téléphoniques, et un second courrier le 2 septembre. Nous n’avons toujours pas de réponse.

Pourquoi ne pas lui proposer un bail commercial dans ce cas ?
Il y avait des difficultés de paiement au niveau des loyers. Les sommes dues ont fini d’être payées la semaine passée seulement. Pour ne pas la mettre en difficulté, on voulait lui donner un bail dérogatoire pour être sûr qu’elle ait une santé financière plutôt stable avant de lui proposer un bail commercial.

La mairie a-t-elle entrepris cette démarche pour ne pas avoir à payer d’indemnité d’éviction par la suite ?
Ca n’a strictement rien à voir ! Le projet qu’ils évoquent part de la fontaine Saint Romain et va jusqu’à la place du marché, cela n’a rien de dissimulé puisque ce projet j’en ai parlé dès la campagne 2014, puis de nouveau en 2020. Ce n’est pas un nouveau projet et cela prendra plusieurs années, c’est un sujet qui n’a rien à voir.

Il aurait été dit à Cillia Cibriani qu’un photographe est inutile et que cela ne constituerait pas un commerce. Est-ce exact ?
Mais c’est totalement faux ! Il n’a jamais été dit ni pensé cela !


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here