Un projet de jardin partagé dans un square arboré suscite une levée de boucliers des riverains

0
370
Le projet initial tel qu’il a été imaginé condamne ces deux pins d’une trentaine d'années

Le Centre social Le Lavoir d’Ambérieu-en-Bugey a le projet de créer un jardin partagé dans le square communal Franzosini, rue Louis Armand. Un projet qui part évidemment d’un bon sentiment mais qui a cependant fait réagir des riverains dès l’installation des premiers piquets qui devaient délimiter son emprise au sol. L’un d’eux, Mickaël Lequin dénonce notamment la volonté des porteurs du projet d’abattre une partie de la végétation existante, dont deux arbres d’une trentaine d’années. Une pétition a été lancée.

Qu’adviendra-t-il du square communal Franzosini, situé rue Louis Armand ? Un projet porté par le centre social, prévoit de créer ici un jardin partagé, accompagné d’une serre sur une surface d’environ 600 m2. une noble initiative sur le fond, sauf que la manière dont s’engagent les choses ne convient pas du tout à certains riverains. En effet, pour concrétiser cette initiative, il est envisagé de supprimer une ancienne haie de lauriers, noisetiers et sureaux participant à préserver la biodiversité locale, et de couper également de pins trentenaires. C’est Mickaël Lequin, riverain et membre du Collectif Local d’Actions Citoyennes Ambérieu et Alentours (CLAC) qui a donné l’alerte sur les réseaux sociaux mercredi dernier, lorsqu’il a vu l’entreprise en train de sceller des piquets dans le sol. Il ne comprend pas du tout cette volonté de détruire l’existant, ce petit espace vert préservé et ses arbres contribuant pleinement à l’amélioration du cadre de vie des habitants du quartier et à la préservation de la biodiversité.

Faire un jardin partagé, oui mais pas n’importe comment !

“Il y a de la place 20 mètres plus loin pour réaliser ce projet sans détruire la végétation existante. Et puis ce parc est très prisé des riverains qui viennent souvent s’y retrouver entre voisins et se mettre au frais l’été…” estime Mickaël Lequin, qui a même déclaré être déterminé à s’opposer physiquement à l’entreprise qui viendrait couper la végétation existante. Il a d’emblée reçu le soutien d’un certain nombre d’habitants de la ville. Sur les réseaux sociaux, ils ont été ainsi nombreux à s’élever contre cette volonté de supprimer une partie de la végétation en place, et notamment des arbres de cette envergure. Mickaël Lequin, pour sa part, ajoute bien qu’il n’est absolument pas opposé à ce projet de jardin partagé, bien au contraire, l’idée lui paraissant tout à fait intéressante. Mais il souhaite simplement qu’il soit implanté dans un autre endroit du parc où il n’y a ni arbres, ni végétation. “C’est absurde. D’ailleurs, même d’un point de vue financier, il paraît évident que cela coûterait bien moins cher que d’arracher les deux arbres et d’arracher la totalité de la haie” argumente-t-il.

Une pétition lancée : la municipalité bloque temporairement le projet

Pour tenter de faire réagir les acteurs de ce projet, il a donc lancé une pétition en ligne sur le site “change.org”. Cette pétition intitulée “OUI au jardin partagé mais NON à l’abattage des arbres et des haies !” a pour l’instant recueilli quelques dizaines de signatures, mais ce vent d’opposition qui s’est largement répandu sur les réseaux sociaux a suffi à faire réagir la municipalité. Cette dernière a donc demandé au centre social du Lavoir de stopper pour l‘instant les travaux. Il est envisagé d’organiser une session d’information avec les riverains et de partager avec eux sur le projet explique le maire Daniel Fabre, sachant que ce projet implique nécessairement la Commune puisqu’il s’agit d’un terrain municipal. Pour le maire, cependant, la végétation et les arbres concernés ne sont pas en bon état général. Ils seraient vieillissants pour certains et abîmés pour d’autres et à courte échéance, “il aurait fallu prévoir une intervention” estime le maire. Pas question pour lui, de mettre fin à cette idée de jardin partagé, mais il pense que les choses doivent être expliquées plus en détails aux riverains, peut-être à l’occasion d’une réunion publique. Accepteront-ils les arguments évoqués ? Mickaël Lequin et quelques riverains, en tout cas, semblent déterminés à se battre pour préserver cette partie végétalisée du square. Affaire à suivre… MJJ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here