Impôts : Douloureuse taxe foncière

0
439
L'addition salée a du mal à être digérée

Une augmentation de 16 % de la taxe sur le foncier bâti avait été votée au printemps dernier par le conseil municipal. Le passage de la théorie à la pratique s’avère douloureux pour les contribuables miribélans.


Bien que nous ayons déjà évoqué dans nos colonnes la hausse de 16 % de la taxe sur le foncier bâti, votée par la municipalité en mars, les réactions publiées par les réseaux sociaux laissent à penser que les feuilles d’imposition bénéficient d’une audience plus étendue et rigoureuse que le Journal Bugey – Côtière. Surtout quand il s’agit de payer les conséquences en euros sonnants et trébuchants d’ici le 15 octobre. Ainsi, le 4 octobre, sur le réseau social Facebook, une personne note une augmentation de près de 500 euros sur sa taxe foncière en un an, une autre 300 euros, un Echetois connaît lui une augmentation de 400 euros… Et quelques-unes “auraient bien aimé être au courant”.
Et c’est peut-être là une difficulté intrinsèque à l’hypermédiatisation constante : on ne sait plus que lire, ni comment s’informer. L’information a été publiée dans nos colonnes, dans d’autres journaux également, mais plus encore elle a été présentée en conseil municipal et figure au compte-rendu.
Pour reprendre les éléments de fond, en effet, la municipalité a augmenté la taxe sur le foncier bâti de 16 % en mars dernier, le taux sur le non-bâti demeurant inchangée. Vote au cours duquel Jean-Marc Bodet, adjoint aux finances, soulignait que l’augmentation portait le taux global à 29,97 % sur le foncier bâti “pour assurer l’équilibre du budget 2021” et restait “largement inférieur à la moyenne des taux sur les communes de même strate”.

K.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here