Conseil municipal Air B’N’B’ ne remplacera pas les commerces si facilement

0
469
Amara Boudib et Pascal Jusseaume remplacent deux conseillers municipaux démissionnaires, Albane Colin et Bertrand Guillet

Au cours d’un conseil marqué par les conflits entre l’opposition et la majorité, la municipalité a voté une mesure de prévention contre la transformation de locaux commerciaux dans le centre-ville en logement de tourisme de courte durée.

Le 29 septembre avait lieu le premier conseil municipal à Montluel depuis juin. Un conseil qui faisait son retour à l’hôtel de ville après un an et demi de réunion à la salle polyvalente, afin de maintenir les distance sanitaires. Cette session installait aussi deux nouveaux conseillers, en remplacement de démissionnaires : Amara Boudib, dans l’opposition, à la place d’Albane Colin, et Pascal Jusseaume, remplaçant Bertrand Guillet. Un conseil où l’opposition a entrepris dès le départ de faire entendre son point de vue sur tous les sujets. Jean-Claude Perron a porté le premier coup en demandant à faire une “déclaration préalable”, esquivée une fois par le maire arguant que ce n’était pas dans l’ordre du jour, mais que le premier magistrat a choisi d’encaisser un instant plus tard “parce que je suis un grand démocrate.” L’élu de l’opposition s’est donc fendu d’un discours reprochant à nouveau “une convocation à ce conseil au dernier moment”, un “mépris à l’égard des minoritaires” et dénonçant “l’absence de courtoisie envers les associations”, allant du forum des associations annulé sans concertation au “feuilleton” du FC Montluel, en passant par “l’annonce laconique de la fermeture du théâtre des Augustins pour travaux.” En conclusion, Jean-Claude Perron reproche au maire ses “enfantillages” et “caprices d’enfant gâté” ; ce à quoi sa cible n’a pas répondu pour passer immédiatement au reste de l’ordre du jour.


L’un des gros morceaux à l’ordre du jour arrivait en cinquième point concernant la régulation de la transformation des locaux commerciaux et apparentés (bureaux de service) en logement de tourisme de courte durée (de type Air B’n’B.). Un sujet qui, sur le papier, occupait près de la moitié des vingt pages de la note de synthèse fournie pour détailler toutes les délibérations de la soirée (sans compter les annexes). Il a donc bien fallu au maire offrir un résumé à ce qui lui apparaît comme un moyen nouveau permis par un décret du 11 juin 2021 et “novateur” pour la protection des commerces. “On n’est pas contre le tourisme. On souhaite protéger l’équilibre pour nos commerçants”, précise Romain Daubié qui rappelle la politique municipale depuis plusieurs années pour le maintien et le développement de l’offre commerciale et artisanale dans le centre-ville. Il importe donc pour la mairie d’user de mesures de prévention. Cela passe par la définition d’un périmètre protection incluant la Grande Rue, l’avenue de la gare, la place Carnot, la rue Notre Dame des Marais…, dans lequel toute transformation d’un local commercial en location courte durée sera soumise à autorisation préalable de la mairie et que le maire peut refuser. Nathalie Mondy, élue d’opposition, a demandé la parole sur ce sujet pour dénoncer un manque de consultation, notamment avec la commission urbanisme. Romain Daubié “prend note que ça ne choque pas votre groupe si les commerces se transforment en habitat.” L’opposition vote donc contre ce point accepté à la majorité. F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here